Bodjol

From Theaterlexikon
Jump to: navigation, search

*  26.6.1919 Nyon VD. Pour l’état civil Walther Grandjean.

Diplômé de l’École des Beaux-Arts de Lausanne (1936-40), B. élabore son premier décor pour le Théâtre du Château de →Paul Pasquier: Antigone de Sophocle adaptée par André Bonnard (1942). En 1943, il réalise dans ce cadre et sous la direction d’Alexandre Cingria les décors et les costumes que celui-ci a conçus pour Polyeucte de Corneille, puis l’année suivante, il signe seul les décors d’Œdipe roi de Sophocle, repris au Théâtre Hébertot à Paris (1955), et les décors et les costumes pour Les Caprices de Marianne de Musset (1946). Il invente le décor de Partage de midi de Claudel mis en scène par Paul Pasquier pour la théâtrale de Zofingue (21.1.1944), puis il part à Paris, où il ne se consacre plus qu’à la peinture (1945-47). De retour à Genève, il signe une trentaine de décors au →Théâtre de Poche (1949-56) pour des mises en scène de →William Jacques, et notamment La Grande Guerre du Sondrebond de →Charles Ferdinand Ramuz (1950), La Ménagerie de verre de Tennessee Williams (1952/53), Le Héros et le Soldat de G. B. Shaw (1954). Il retrouve William Jacques à la →Comédie de Genève, Genève GE où il réalise les décors de La Farce des joyeuses commères adaptée de Shakespeare par →René-Louis Piachaud (1959), puis décors et costumes de Tabazan de Jacques Aeschlimann (1962). Pour plusieurs opéras, il arrange des espaces à partir d’éléments asymétriques de décors montrés comme tels, ainsi pour La Khovantchina de Moussorgski au →Grand Casino de Genève (1954) et notamment, au →Grand Théâtre, pour Samson et Dalila de Saint-Saëns mis en scène par Marcel Lamy (1964). Il travaille ensuite au →Nouveau Théâtre de Poche, Genève GE avec →Serge Nicoloff pour L’Échange de Claudel (1964). Dès 1952, il crée de nombreux vitraux, et enseigne la peinture et la composition aux Beaux-Arts de Genève (1959-69). Il réalise ses derniers décors et costumes pour Oncle Vania de Tchekhov que met en scène William Jacques à la Comédie de Genève (1974), puis pour les →Artistes Associés de Lausanne dans Célimare le bien-aimé de Labiche monté par Paul Pasquier (1977) et La Famille Tot d’István Örkény que présente William Jacques (1979).

Bibliographie

  • Pierre Fasel, William Jacques [et al.], B., peintre et verrier, Yverdon-les-Bains / Moutier, 1984.


Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Bodjol, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 226.

Normdaten