Samuel Chevallier

From Theaterlexikon
Jump to: navigation, search

* 14.5.1906 Grandevent VD, † 25.9.1969 Lausanne VD. ∞ Io (1939-50) Maria Faynberg; ∞ IIo Monique Frégaro, comédienne.

Docteur en droit de l’Université de Lausanne (1931), C. est secrétaire adjoint (1931-43) puis secrétaire municipal à la Municipalité de Lausanne (1943-46). Au théâtre, il écrit la revue Chacun la sienne! jouée et imprimée à Lausanne en 1928. Il adapte le roman d’Édouard Rod L’Incendie en quatre actes, texte créé par le Cercle littéraire de Lausanne, où →Claude Mariau tient le rôle central du Père Vallamand, l’incendiaire piégé (Genève, Le Mois théâtral, 1943). D’abord intitulée Le Dictateur, sa pièce Carrousel sans musique est créée par →Jean Hort avec sa Compagnie au →Théâtre Municipal de Lausanne (14.11.1957). Le Silence de la terre (Lausanne, Vie, 1953) est mis en scène par Pierre Valde au →Théâtre du Jorat à Mézières (30.5.1953) et il en tire ensuite un roman sous le même titre. Monté à Radio-Lausanne en février 1954, On a volé le Gulf-stream!… est donné aux →Faux-Nez, et →Charles Apothéloz monte au Théâtre Municipal de Lausanne sa revue On est comme ça (16.2.1961). Il laisse une grande pièce jamais réalisée, Le Chemin des hommes, sur l’aventure de Pestalozzi. Il est surtout très populaire pour ses réalisations radiophoniques, notamment Le Quart d’heure vaudois: dès 1941 à Radio-Lausanne, durant une année en alternance avec Paul Budry, puis seul durant près de trente ans, il écrit tous les quinze jours une nouvelle rencontre du Syndic, du Régent et du Caviste. Certains de ces textes sont plusieurs fois réédités et leurs enregistrements gravés. Parmi ses autres émissions, quelques-unes sont alors assez fameuses pour être éditées: Simple police (Genève, Le Mois théâtral, 1951) et La Famille Durambois (Lausanne, Marguerat, 1942). Il publie aussi des romans, dont l’autobiographique Rêves à ciel ouvert (Lausanne, NRL, 1955), Le Fils à la Campet (Lausanne, Marguerat, 1944), L’Impossible Bonté (Lausanne, →Jack Rollan, 1957). En 1954, il lance en collaboration avec →Jack Rollan une initiative populaire à thème pacifiste intitulée L’Œuf de colombe, demandant de réduire de moitié le budget militaire suisse et d’en affecter la différence à l’enfance, aux logements ouvriers et à la reconstruction des pays ravagés par la guerre. Annulée par les Chambres fédérales pour vice de forme, elle connaît une seconde mouture en 1956; les événements de Hongrie ajoutés aux pressions politiques et médiatiques en ces temps de guerre froide, font que C. se retire de ce second projet.



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Samuel Chevallier, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 377.

Normdaten