Émile Gardaz

From Theaterlexikon
Jump to: navigation, search

*  29.8.1931 Échallens VD. Père de →Sophie G., comédienne.

G. travaille principalement pour la Radio Suisse Romande (1951-96), écrivant des sketches, des contes et des dramatiques, souvent en un acte comme Léon, cœur d’accordéon (1959). Avec Michel Dénériaz, il propose À bas l’Cervin, suite comique réalisée par →Roland Jay aux →Faux-Nez (26.12.1960), mais il signe surtout des textes destinés à être chantés, comme La Noce à Thomas, imaginée pour le vingtième anniversaire de la Chanson de Lausanne et mise en musique par Franck Guibat (1963). Il est notamment l’auteur d’une passion mise en musique par l’abbé Pierre Kaelin, Les Chemins de la Croix, qui fait l’objet de nombreuses représentations populaires depuis 1966. Il donne un drame satirique Sacré Ulysse, moderne odyssée du quotidien avec des airs de Géo Voumard, créé par le →Théâtre Les Trois P’tits Tours de Morges sous la direction de Gérald Zambelli au →Théâtre de Vidy pour l’Exposition nationale (2.7.1964), puis reprise par le →Centre Dramatique Romand au →Théâtre Municipal de Lausanne dans une mise en scène de →Charles Apothéloz (1967). Il adapte pour la scène son feuilleton radiophonique Adieu Berthe et le joue ensuite aux Faux-Nez (11.3.1967) avec entre autres Claude Blanc et Anne-Lise Zambelli. Certaines de ses pièces sont reprises pour la télévision, comme Retour de Hollande réalisé par Christian Liardet (1969). Quant à son texte de La Croix du Sud, sur l’immigration suisse au Brésil, il est mis en musique par André Ducret et José Barrense Dias et créé au →Théâtre du Jorat, à Mézières, sous la direction de Gérald Zambelli (juin 1985). G. est l’auteur du livret de la deuxième Fête du blé et du pain à Échallens sur une musique de Patrick Bron, spectacle monté par →Gérard Demierre (28.8.1998). En plus d’une activité régulière de chroniqueur, il rédige des contes (Contes courants), des nouvelles, des poèmes et des textes de chansons, dont certains mis en musique par Géo Voumard, comme Refrains, qui obtient le premier prix au Concours eurovision de la chanson 1956. Un portrait filmé lui est consacré: E. G., poète et homme de radio (Plans-fixes no  1140, 1996).



Autrice: Romaine Crettenand-Sierro



Source:

Crettenand-Sierro, Romaine: Émile Gardaz, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 678.