Éric Gaudibert

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  21.12.1936 Vevey VD.

Après le Conservatoire de Lausanne, G. poursuit ses études musicales à l’École normale de musique de Paris, où il travaille le piano avec Alfred Cortot, la composition avec Nadia Boulanger et Henri Dutilleux. Sa rencontre avec Cortot, décisive, l’encourage à poursuivre la recherche d’une synthèse entre interprétation, composition et analyse. Jusqu’à la fin des années soixante, il mène en France une activité de pianiste et de compositeur. Il collabore à des émissions d’initiation musicale et à la création de musiques électro-acoustiques dans le cadre de Maisons de la culture, et pour la Radio et la Télévision Suisse Romande. De 1972 à 1975, il dirige les activités musicales de la Maison de la culture d’Orléans. Après avoir enseigné le piano, l’analyse, l’harmonie pratique et la composition au Conservatoire populaire de Genève et l’analyse au Conservatoire de Neuchâtel, il a depuis 1999 la charge de la composition au Conservatoire supérieur de musique de Genève. Parmi ses élèves, on peut citer Michael Jarrell, Jorge Pepi, Larisa Vrhunc, Xavier Dayer et Andreas Stauder. Ses œuvres couvrent un large éventail des genres. Dans le domaine des arts de la représentation, il signe les partitions suivantes: Chacun son singe, opéra de chambre pour soprano, baryton, ensemble instrumental et bande magnétique sur un livret de Philippe Oxman, Circuit fermé pour bande magnétique, musique de scène pour ballet sur un scénario de →Brigitte Matteuzzi (1976) et Écritures, opéra parlé pour voix et bande magnétique sur un texte de Bernard Falciola. L’ensemble de son œuvre est récompensé par le prix de composition de l’Association suisse des musiciens (1989) et par le prix de la Ville de Genève (1995).

Bibliographie

  • Jean-Louis Matthey, Martine Rey-Lanini, E. G.: catalogue des œuvres, Lausanne, BCU, 1993.


Auteur: Alain Perroux



Source:

Perroux, Alain: Éric Gaudibert, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 683–684.