Agota Kristof

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  30.10.1935 Csikvánd (H). Mère de Carine Baillod, comédienne.

K. grandit dans la petite ville hongroise de Köszeg. Après le baccalauréat (1954), elle travaille dans une usine de textiles, puis fuit la Hongrie avec son premier mari en 1956. Accueillie à Valangin dans le canton de Neuchâtel, elle travaille durant cinq ans dans une fabrique d’horlogerie. Elle vit à Cortaillod avec son second mari (1972-79), puis s’installe à Neuchâtel après leur séparation, et travaille jusqu’en 1988 comme aide-dentiste. Ses poèmes sont d’abord publiés dans Magyar irodalmi Ujság, une revue littéraire d’exilés hongrois (1956-70). Dès 1970, elle écrit en français quatre romans (Le Grand Cahier, La Preuve et Le Troisième Mensonge qui forment La Trilogie, puis Hier) et neuf pièces de théâtre. La première, John et Joe, est montée d’abord au Café du Marché à Neuchâtel par Henry Falik (1975); cet échange déconcertant d’argent, de paraître et d’amitié connaît de nombreuses reprises, principalement en Allemagne et au Japon. L’Heure grise ou le dernier client, spectacle fondateur de la compagnie du Théâtre Tumulte, est créée par François Flühmann au →CCN - Centre culturel neuchâtelois (23.2.1989). →Charles Joris et le →Théâtre Populaire Romand réalisent La Clé de l’ascenseur à la Salle communale de Tavannes (15.5.1990). L’Épidémie est créée à son tour par Claudia Gaemperle à l’ancienne Préfecture de Lausanne (11.11.1992) et Michel Raskine présente à la Comédie de Caen Un rat qui passe, pièce qui explore les jeux de rôles suscités par un régime totalitaire (19.3.1993). Par ailleurs, Le Monstre est publié par la Nouvelle Revue Française (no 534-535, 1997). K. rédige aussi des chroniques pour le magazine culturel Du (1989). Sous le pseudonyme de Zaïk, elle a signé entre autres La Route, pièce réalisée à Neuchâtel en 1983 et plusieurs œuvres mises en ondes à la Radio Suisse Romande. Ses pièces et ses romans sont traduits dans une trentaine de langues. Le Grand Cahier (1986) fait l’objet de nombreuses adaptations scéniques, notamment par la troupe chilienne La Troppa (1999), par le collectif belge De Onderneming (2001) et par →Valentin Rossier au →Théâtre Vidy-Lausanne (2003). En 2001, elle reçoit le prix Gottfried Keller, décerné à Zurich par la Fondation Bodmer.



Auteur: Cyril Tissot



Source:

Cyril, Tissot: Agota Kristof, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1037.

Normdaten