Alexandre Blanc

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 22.7.1898 Genève, † 9.8.1979 Genève. ∞ 1947 Michèle Henchoz.

B. joue durant près de dix ans avec les amateurs genevois de →La Veillée, Genève GE, d’abord sous la direction de Georges Baroz, puis de →Carmen d’Assilva. Il crée avec eux, à la →Comédie de Genève, Genève GE, le personnage de Pierre Garbin dans La Louise de Jean-Jacques Bernard (6.5.1931). Puis, il suit les cours de Carmen d’Assilva, travaille son jeu sobre, bien servi par une diction naturelle, empreinte de gravité. Il passe professionnel, joue en tournée en France avec Maurice Escande dans Le Duel d’Henri Lavedan (1936). En janvier 1938 à la →Salle communale de Plainpalais, il est le Maître d’hôtel dans Aller sans retour de Charles Durivaux, premier spectacle présenté par le Théâtre du Temps que dirige le metteur en scène Pierre Valde. Il crée aussi le rôle d’Ulysse, l’autocrate des Vieux-Prés de →Jean-Paul Zimmermann, avec la Compagnie →Jean Bard au →Théâtre de La Chaux-de-Fonds, La Chaux-de-Fonds NE (15.3.1939). Dès 1940, il tient sous le pseudonyme de Jean Leclair deux grands rôles de Claudel, selon les mises en scène de →Georges Pitoëff reprises, après sa mort, en tournée suisse par sa femme Ludmilla: Thomas Pollock Nageoire de L’Échange (1940) et Turlure dans Le Pain dur (1941). À Lausanne, au Théâtre du Château dirigé par →Paul Pasquier, il joue Pyrrhus dans Andromaque de Racine (1940), puis le Coryphée dans Œdipe roi de Sophocle, version d’André Bonnard (1944), Don Fernand dans Miguel Mañara de Milosz (1945), et Créon à la reprise d’Andromaque en janvier 1947 à Bruxelles et Lyon. À la Comédie, il crée en particulier le personnage de Jean dans Grand printemps de →Paul Lambert (1.5.1944). Avec la Compagnie →Jean Hort, il est notamment le préfet Stockmann dans Un ennemi du peuple d’Ibsen, en tournée romande (1945). Sous la direction de →Jean Kiehl, il interprète à Neuchâtel l’Empereur dans la Danse des morts de Jean-Paul Zimmermann (1945) et à Sion, Salomon dans Les Cheveux d’Absalon de Maurice Zermatten (1946). À Genève, avec la Compagnie des Cinq, il joue Trigorine dans La Mouette de Tchekhov (1947) et reprend sous la direction de →François Simon le rôle de Thomas Pollock Nageoire dans L’Échange de Claudel (1949). Il est le Sénateur dans La Putain respectueuse de Sartre que met en scène Henri Giquel, premier spectacle du →Théâtre de Poche (18.3.1948). En 1949, il joue Garnier dans Guillaume le Fou de →Fernand Chavannes mis en scène par Jean Bard, puis Spectable Goulart à la création de Tabazan de Jacques Aeschlimann, au Théâtre de la Cour Saint-Pierre par la Compagnie Jean Hort (18.11.1950). Enfin, il crée en français Don Gonzalo dans Don Juan ou l’Amour de la géométrie de →Max Frisch mis en scène par →Philippe Mentha (9.9.1959), avec le →Théâtre de Carouge dont il est l’administrateur (1959-66). Comptant parmi les premiers collaborateurs de Radio-Genève, il y est secrétaire de la Caisse solidarité des comédiens durant la direction de René Dovaz (1944-63).



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Alexandre Blanc, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 214–215.

Normdaten