Alfred Fradel

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  13.12.1877 Paris (F), †  23.11.1941 Anières GE. De son vrai nom Alfred Jules Péry. Fils d’Alfred François Péry dit →F. (père); père de Claude Henry Péry, dit →Claude F. ∞  Lida Hochstrasser, dite →Marguerite F.

Comédien, F. joue d’abord à Paris, à Grenoble, à Dijon et à Tunis, et dans les établissements que son père dirige, se formant ainsi peu à peu aux différents métiers du spectacle. Avec un autre comédien, Fleury, il rachète à son père le →Casino-Théâtre de Genève en avril 1909 et poursuit l’activité du lieu, maintenant la →Revue du Casino-Théâtre, annuelle jusqu’à la guerre. Mobilisé en 1914, il se bat sur les lignes françaises en Champagne, puis en Macédoine. De retour à Genève en 1919, il reprend durant tout l’entre-deux-guerres dans son théâtre une activité suivie de spectacles de divertissement, jouant Maurice Hennequin, Feydeau, Sacha Guitry, dont il donne plusieurs fois La Prise de Berg-Op-Zoom et Le Veilleur de nuit, Flers et Caillavet, ou Tristan Bernard dont le personnage d’Albert dans Le Petit Café reste l’un de ses succès de comédien. Il y développe aussi un répertoire d’opérettes. Il relance en 1924 la Revue en s’appuyant sur la collaboration du dialoguiste et chroniqueur genevois Ruy Blag (Marius Berthet), dont les textes aimablement satiriques, comme le soin porté à leur réalisation, donnent un second souffle au genre, correspondant à l’époque, et font de ce spectacle une institution. Il signe peu de mises en scène dans son théâtre avant d’assurer seul cette part du travail dès 1935, mais il réalise celle, très fastueuse, des Fêtes du Rhône qui se déroulent à Genève en 1929. Il produit dès 1937 plusieurs réalisations populaires de →Charlie Gerval et →Alfred Penay qui connaissent une vogue extraordinaire, d’abord sur les ondes de Radio-Genève, puis au Casino-Théâtre où il crée Le Nouveau Roman de Paul et Virginie (1.10.1937), Ménage d’automne (12.4.1939), Quatre parmi les autres (24.4.1940). Lorsqu’il décède en 1941, sa femme Marguerite reprend la direction puis en 1957, son fils Claude.



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Alfred Fradel, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 621.