Ange Fragnière

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  12.7.1948 Sion VS.

Après des études de pharmacie à l’Université de Lausanne, F. se forme au →Centre Dramatique de Lausanne (CDL) en suivant les stages que donne →André Steiger (1980-82). Elle débute avec →Philippe Macasdar pour qui elle tient le personnage de la Mère dans Dimanche de Michel Deutsch à la →Salle Patiño (1980) et plusieurs rôles dans Don Juan revient de guerre d’Horváth au →Théâtre Saint-Gervais, Genève GE (1981). Pour Steiger, elle joue au CDL dans Schweyk dans la Deuxième Guerre mondiale de →Bertolt Brecht (1982) et dans La Cruche cassée de Kleist où elle est Dame Brigitte (1983). Elle affronte →Yvette Théraulaz dans La Plus Forte de Strindberg que réalise Michel Voïta au →Nouveau Théâtre de Poche, Genève GE (1985). Sous la direction de →Jean-Gabriel Chobaz, elle interprète notamment Senso, monologue de Camillo Boito à l’Espace Palud 1 (1985), tient le rôle de la Mère dans La Ménagerie de verre de Tennessee Williams au Théâtre du Vide-Poche à Lausanne (1987), puis celui de la jalouse Martha dans Qui a peur de Virginia Woolf? d’Albee à l’→Arsenic (1990). Elle travaille ensuite régulièrement pour →Gisèle Sallin et le →Théâtre des Osses (1988-94), où elle incarne des femmes fortes comme Eurydice dans Antigone de Sophocle (1988) ou fantasque comme Bélise dans Les Femmes savantes de Molière (1991). De même, elle joue pour →Joseph Voeffray et →Anne Vouilloz l’expansive Gina dans Le Théâtre ambulant Chopalovitch de Lioubomir Simovitch au →Théâtre du Crochetan (1995), puis sous l’Arche du Pont Bessières, elle est Valérie dans Légendes de la forêt viennoise d’Horváth (2000), Ève la femme au colt dans Barbe-Bleue, espoir des femmes de Dea Loher (2002) et Catherine, la mère trop aimante dans Le Mariage de Gombrowicz (2003). Au Grütli, elle joue masquée Tulle le roi de Rome dans Horace de Corneille que met en scène →Jacques Maitre (1995). Dirigée à nouveau par Chobaz, elle dit le monologue La Poudre de sourire de Marie Métrailler au →Petithéâtre de Sion (1997) puis interprète à Lausanne la Femme de 24 heures de la vie d’une femme de Stefan Zweig à l’Atelier Volant (1999) et Tante Gilberte dans Bonjour là bonjour de Michel Tremblay au Pull off (2003). Au Nouveau Théâtre de Poche à Genève, elle joue Yvonne la mère gouailleuse de Claudia dans Les Forts, les faibles de Jean-Marie Piemme que met en scène →Philippe Morand (2001-02).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Ange Fragnière, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 622.

Normdaten