Anne Durand

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  28.4.1962 Saint-Julien-en-Genevois (F) ∞ →Hervé Loichemol.

Diplômée de l’École d’art dramatique du Théâtre national de Strasbourg (1980-83), D. joue Agnès dans L’École des femmes de Molière que met en scène Hervé Loichemol en 1983 au →Centre Dramatique de Lausanne (CDL), spectacle repris au Festival d’Avignon l’année suivante. Pour Jean-Pierre Vincent, elle tient le rôle de Grounia dans Le Suicidé de Nicolaï Erdman au Théâtre de l’Odéon de Paris (1984) et pour →Claude Stratz, elle est Hortense dans Le Legs de Marivaux à la →Comédie de Genève et au Théâtre des Amandiers de Nanterre (1985). Elle joue régulièrement pour Loichemol, interprète le monologue de Schnitzler, Mlle Else au →Nouveau Théâtre de Poche (NTP) en 1985 et en 1987 celui de Sade Français encore un effort si vous voulez être républicains au CDL, spectacle repris plusieurs fois. Elle incarne aussi pour lui Céleste, la sœur, dans Rester partir de Bernard Chartreux au CDL (29.1.1985), le Diable dans Le Livre de Job de Chartreux au NTP (30.9.1986), Zaïre dans la pièce éponyme de Voltaire au Théâtre du Châtelard de Ferney-Voltaire (1992), spectacle repris à la Comédie en 1995. Avec un fort dynamisme et un ton de voix clair et acidulé, elle tient d’étonnants personnages bouleversants de force de vie ou au contraire aigris et redoutables comme, à Ferney, Augias dans Herakles V de Heiner Müller (1996) et Milady Daure dans Pamela de Goldoni (1998) ou encore, à la Comédie, Cunégonde dans La Petite Catherine de Heilbronn de Kleist (1997). Avec Loichemol toujours, elle crée plusieurs pièces d’→Yves Laplace et notamment au NTP, dans le rôle de Madame de Staël Staël communauté européenne (16.5.1989), puis le diptyque Feu Voltaire au NTP (11.5.1993) et à Ferney (24.8.1993) où elle participe aussi à Nos Fantômes (27.9.1994). Elle crée aussi les textes épiques de Denis Guénoun, Lettre au directeur du théâtre à la Chartreuse de Villeneuve-lèz-Avignon (18.7.1997) et Scènes au Château de Voltaire (6.9.2000). Sous la direction d’Hervé Loichemol, elle donne en 2002 à Ferney-Voltaire l’étincelant monologue d’Olivier Py, Épître aux jeunes acteurs, repris à la Comédie en 2003. Au NTP, elle joue Marie pour →Martine Paschoud dans Intrigue et Amour de Schiller (1985), la Mère Ubu dans Ubu roi de Jarry par →Daniel Wolf (1990) et participe à la création d’Un cerf-volant sur l’avant-bras de Jean Cagnard que met en scène →Philippe Morand (20.2.2002). Pour Jean Jourdheuil, elle joue dans Sketches de Karl Valentin au Théâtre Bobigny (1993) et crée le rôle de Robespierre dans Le Masque de Robespierre de Gilles Aillaud au Théâtre national de Strasbourg (9.1.1996) puis au Théâtre des Amandiers de Nanterre. Parmi ses personnages les plus lumineux, on retient la doctoresse Bonch-Bruevitch dans Slaves! de Tony Kushner réalisé par →François Marin à l’→Arsenic (2001) et Rosa dans L’Ami riche de Matthias Zschokke mis en scène par →Michel Kullmann au →Théâtre de Carouge (2003). En 2003, elle joue dans Matériau Médée, choral que propose Isabelle Pousseur à la Comédie de Genève.



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Anne Durand, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 501.

Normdaten