Arlette Chédel

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 25.5.1933 Neuchâtel. ∞ Jean Derbès, pianiste et compositeur.

Alto, C. étudie le chant avec →Ernest Bauer au Conservatoire de sa ville natale où elle obtient le diplôme d’enseignement (1955). Elle s’installe ensuite pendant quatre ans à Vienne où, à la Staatsakademie für Musik, elle étudie avec Élisabeth Rado et Erik Werba et, parallèlement, travaille avec Ferdinand Grosmann. Ayant obtenu le diplôme de virtuosité, elle chante la Rhapsodie de Brahms au Wiener Festwochen accompagnée par l’Orchestre philharmonique de Vienne puis elle effectue une tournée mondiale avec l’Akademiekammerchor. De retour en Suisse, elle fait ses débuts au →Grand Théâtre de Genève, Genève GE en 1965; elle chante régulièrement sur cette scène et se trouve invitée par de nombreux théâtres (Opéra du Rhin, Nice, Nantes, Lausanne, Toulouse) où elle interprète notamment dans le répertoire wagnérien Mary dans Le Vaisseau fantôme, Magdalena dans Les Maîtres chanteurs et Erda dans L’Or du Rhin, mais elle chante aussi Marcellina dans Le Mariage de Figaro de Mozart, Annina dans Le Chevalier à la rose de Richard Strauss, Geneviève dans Pelléas et Mélisande de Debussy, Catherine dans Jeanne d’Arc au bûcher d’→Arthur Honegger, Taven dans Mireille de Gounod et Arnalta dans Le Couronnement de Poppée de Monteverdi. Elle participe dans le rôle de Marthe au Faust de Gounod présenté au Palais Omnisports de Bercy à Paris (1991) et dans celui d’Amme à Boris Godounov de Moussorgsky avec des solistes du Théâtre du Bolchoï à Bordeaux. Elle est aussi appréciée comme concertiste. Elle possède un répertoire qui va de l’époque baroque à la musique contemporaine et fait partie pendant plusieurs années de l’ensemble genevois La Ménestrandie, pionnier de la musique ancienne sur instruments d’époque. Elle chante dans la plupart des métropoles européennes et participe aux festivals de Besançon, Lucerne, Montreux, Prague et Vienne. Elle défend la musique contemporaine, et crée notamment des œuvres de compositeurs suisses comme →Éric Gaudibert, Jean Perrin, Armin Schibler, Vladimir Vogel et Jean Derbès. Par ailleurs, elle voue une part importante de ses activités à la pédagogie et enseigne le chant en cours privés à Genève.



Auteur: Jacques Tchamkerten



Source:

Tchamkerten, Jacques: Arlette Chédel, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 375.

Normdaten