Bernard Meister

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  13.2.1952 Genève. ∞ 1982 →Fabienne Barraud, comédienne.

M. suit notamment les cours de dramaturgie de →Béatrice Perregaux à l’Université de Genève (1975-76) et travaille comme critique dramatique au Journal de Genève. Dès 1979, il anime à Genève la compagnie du Théâtre de la Ville fondée l’année précédente, et met en scène avec elle 140 mètres par temps calme, montage personnel qu’il présente à la mi-septembre 1979 dans le Bois de la Bâtie, puis Pour un funambule d’après Jean Genet sur la Plaine de Plainpalais (1981), où il réalise aussi Macbeth de Shakespeare (1983). Il donne par ailleurs Les Bonnes de Genet dans la Salle de la →Société genevoise des amis de l’instruction (1982), puis sa propre pièce Si tous les glaciers à la Cour des Miracles de Chêne-Bourg (1983) et à la →Salle Patiño L’Enfance de l’art qu’il écrit avec Fabienne Barraud (1984). Il travaille avec →Michel Soutter comme assistant pour Don Juan ou l’Amour de la géométrie de →Max Frisch à la →Comédie de Genève (1982), puis il écrit en collaboration avec lui le scénario et les dialogues de Signé Renart (1985) et d’Un ange passe (non réalisé). Avec le Théâtre de la Ville, il met ensuite en scène Le Diable et la Mort de →Frank Wedekind au →Casino-Théâtre de Genève (1986), puis La Conquête du Pôle Sud de Manfred Karge au →Théâtre Saint-Gervais (1989-91), où il monte aussi Abel et Bela de →Robert Pinget, qui reçoit le prix romand des jeunes compagnies (1990/91). Le Woyzeck de Büchner qu’il présente d’abord au →Théâtre du Grütli (1990-92) reçoit le prix de la meilleure mise en scène de la Quinzaine internationale du théâtre de Québec 1990. Pour la Compagnie Fernand Chavannes, il réalise au →Théâtre du Jorat, à Mézières, Guillaume le Fou de →Fernand Chavannes (1993). Il est nommé directeur du Théâtre du Grütli (1991-99), où il reprend trois de ses précédents spectacles et monte, toujours avec le Théâtre de la Ville, "Grosse et Bête" de Rosemarie Büri (31.8.1992), Les Trois Sœurs de Tchekhov (1993), et pour →Roland Amstutz La Confession du Pasteur Burg de Jacques Chessex (7.11.1995). Il y réalise La Femme à barbe de Manfred Karge (1995) puis, en collaboration avec le jeune metteur en scène Christian von Treskow, Le Mandat de Nikolaï Erdman (1996). Il présente ensemble les Lenz de Büchner et de →Robert Walser (29.11.1997), monte en collaboration avec →Fabienne Barraud Le Grand Théâtre (de la nature) d’Oklahoma, tiré de L’Amérique de Kafka (1998), puis donne Une fête pour Boris de Thomas Bernhard en quittant la direction du Théâtre du Grütli (juin 1999).



Auteur: Françoise Dubor



Source:

Dubor, Françoise: Bernard Meister, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1223–1224.