Casino de Morges, Morges VD

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

Lieu d’accueil

Le C. est bâti selon les plans de l’architecte Jacques Regamey (1898-99), et inauguré peu après (21.2.1900). Le Club littéraire de Morges y crée notamment deux des premières œuvres dramatiques de →René Morax, le drame La Nuit des quatre-temps (29.11.1901) et la farce Les Quatre Doigts et le Pouce (29.4.1902). Trente ans plus tard, Morax y dirige lui-même Le Tir de Morges, festival comique qu’il écrit à l’occasion du Tir fédéral (8.7.1932). Écrivain morgien lui aussi, →Alfred Gehri y voit réaliser plusieurs de ses œuvres en un acte, dont une première comédie, Le Magasin des pompes funèbres (3.1.1924), et plus tard Un jour bénéfique (3.5.1946) et Café de la poste (26.4.1968). Parmi les autres pièces brèves présentées pour la première fois au C., on retient Andromaque de →Jean-Paul Zimmermann, et Voltige d’Albert Verly mis en scène par →Blanche Derval à l’occasion du 10e gala de la Société romande des auteurs dramatiques (17.2.1952). Vingt ans après, pour le congrès annuel de cette même société, le C. accueille aussi la création de Qu’aurait fait Salomon? de Pierre Morren, par le →Théâtre des jeunes d’Orbe (10.10.1970). Propriété de la Ville de Morges, la salle est louée aux sociétés locales pour divers types de manifestations. Longtemps laissé à l’abandon, le C. est restauré en 2000 selon les plans du bureau d’architecture Claude Fehlmann, pour le compte du bureau d’architecture Bigs, qui dispose d’un droit de superficie et loue ce lieu, notamment pour le Festival Morges-sous-rire (2003).

Données techniques

adresse, place du Casino 4. Rénovée notamment en 1965, la salle possède un balcon en fer à cheval qui est particulièrement endommagé lors de l’incendie de 1967. En 2000, l’intérieur est restauré et les façades nettoyées. Cadre de scène: 6 m. à son point maximum et 5 m. 30 au minimum. Proscenium: 2 m. en arc de cercle. Ouverture de scène: 6 m. Profondeur 6 m. Hauteur sous le gril 9 m. 20. Jauge: 402 places à l’origine, 330 places après la rénovation de 1965.

Bibliographie

  • Valdy Lagnel, C. de M. saga d’un centenaire, Morges, Cabédita, 2000.


Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Casino de Morges, Morges VD, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 349.