Catherine Épars

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  11.2.1964 Pompaples VD.

Après avoir suivi durant un an les cours de l’→ÉRAD (1983/84), É. entre à l’Institut national supérieur des arts du spectacle (INSAS) à Bruxelles, dont elle obtient le diplôme en 1987. Elle débute sous la direction d’Isabelle Pousseur au Théâtre national de Belgique (TNB) à Bruxelles dans deux pièces de Marivaux où elle est la Princesse Hermiane dans La Dispute, puis Lisette dans Les Acteurs de bonne foi (1987). De retour en Suisse, elle joue Alice dans Les Voisins de Michel Vinaver mis en scène par →Charles Joris au →Théâtre Populaire Romand (1989), et tient le rôle du dieu Hermès dans Ploutos d’Aristophane au →Théâtre Kléber-Méleau, Renens VD pour →Philippe Mentha (1990). Elle interprète ensuite Silvia dans Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux au TNB pour Pierre Jaccaud (1991). Elle fait partie du groupe T’Chan’g que dirige Didier-Georges Gabily et participe à la réalisation chorale Des cercueil de zinc d’après Svetlana Alexievitch au Théâtre de la Bastille à Paris (1992) et à Enfonçures de Gabily à La Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon (1993). Sous la direction de Serge Tranvouez, elle tient plusieurs premiers rôles tels Ysé dans Le Partage de midi de Paul Claudel à l’Espace des arts de Chalon-sur-Saône (1994-95) et Clytemnestre dans L’Orestie d’Eschyle au Théâtre des Amandiers de Nanterre (1996). Elle crée le personnage d’Annemarie Schwarzenbach dans Anne-Marie Schwarzenbach ou le Mal du pays d’Hélène Bezençon que met en scène →Anne Bisang au →Théâtre Saint-Gervais de Genève (25.11.1997). En 2000, elle est successivement Paulina, Olga et Babakina dans la Trilogie Tchekhov (La Mouette, Les Trois Sœurs, Ivanov) présentée par Éric Lacascade au Festival d’Avignon. Elle joue aussi Agrippine dans Britanicus de Racine que monte →Armen Godel au →Théâtre du Grütli, Genève GE (2003).



Autorin: Sophie Sallin



Source:

Sallin, Sophie: Catherine Épars, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 535.