Christiane Vincent

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 18.8.1943 Rolle VD. Née Christiane Meine. ∞ IoGil Pidoux, ∞ IIoPierre Ruegg.

Après une formation de danseuse avec →Boris Kniaseff, →Brigitte Monneyron et →Jacqueline Farelly, V. s’inscrit au →Conservatoire de Lausanne dans le cours de →Paul Pasquier puis fait partie de la première volée de l’→ÉRAD (1960-65). Au →Théâtre Municipal de Lausanne (TML), elle est ensuite notamment Miss Forsythe dans La Mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller que met en scène →Charles Apothéloz (1964), Élisa dans Les Hussards de Bréal réalisés par →William Jacques (1965) et la Nourrice dans Les Chemins de fer de Labiche montés par →Paul-Henri Wild (1966), trois productions du →Centre Dramatique Romand (CDR). Sous la direction de Charles Apothéloz, elle joue avec le CDR dans L’Alter Ego d’→Henri Debluë au Théâtre de Montreux (18.6.1966) et reprend le rôle de Danielle aux →Faux-Nez l’année suivante; au TML en 1967, elle est Dominique dans Sacré Ulysse d’→Émile Gardaz et au →Théâtre de Beaulieu la suivante de Mee Lan dans La Muraille de Chine de →Max Frisch (12.4.1967), spectacle présenté en Suisse et à l’Exposition universelle de Montréal. À la →Comédie de Genève, elle interprète notamment Pepita dans L’Orpailleur de Jacques Aeschlimann mis en scène par Dominique Rozan (23.3.1966) et Berthe dans Le Plus Heureux des trois de Labiche que réalise →André Talmès en 1972. Au →Nouveau Théâtre de Poche de Genève, elle participe à Don Juan revient de guerre d’Horváth mis en scène par d’→André Steiger en 1972, puis incarne Agnès dans La Famille Tot d’Istvan Örkény que montent Pierre Ruegg et →Gérard Carrat en 1975. Elle est ensuite animatrice au →CPO où elle donne des cours d’expression corporelle et de théâtre (1975-80). En 1981, elle est nommée à la tête du Service des affaires culturelles d’Yverdon-les-Bains, dont dépend le Théâtre du Casino (actuellement →Théâtre Benno Besson), qu’elle dirige jusqu’en 1991 avant de prendre la direction du →Théâtre du Crochetan à Monthey (1992-2002). Elle contribue dans ce cadre à la fondation de →Corodis.



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Christiane Vincent, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 2011.