Claire Flohr

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  7.4.1939 Genève. Mère d’→Isabelle Bonillo, comédienne.

Après avoir suivi des cours au →Conservatoire de Genève (1957-60), F. est diplômée de l’École d’art dramatique de la Comédie de l’Est à Strasbourg (1960-63) où elle fait ses débuts en jouant dans Les Chemins de fer de Labiche (1963) et Comment naît un scénario de cinéma de Zavattini (1966), deux mises en scène d’Hubert Gignoux. Elle est aussi Larissa dans Une histoire à Irkoutsk d’Arbouzov mise en scène par Pierre Lefèvre (1964) et Hortense dans La Locandiera de Goldoni réalisée par René Jauneau (1965). À Strasbourg, elle fait la Marionnettiste dans La Deuxième Existence du camp de Tatenberg d’Armand Gatti que monte Jean Hurstel au Studio d’art théâtral (1964) et crée en français le rôle de la Femme dans La Grande Imprécation devant les murs de la ville de Tankred Dorst sous la direction de Gaston Jung au Théâtre des Drapiers (1964). Elle travaille ensuite à la Comédie de l’Ouest à Rennes (1967-69) où elle joue, entre autres, Angela dans Les Archanges ne jouent pas au billard électrique (1967) et la Signora au trapèze dans Il faut la balancer cette dame (1969) deux pièces de Dario Fo mises en scène par George Goubert. Pour Guy Parigot, elle tient à Rennes le rôle de Mme Frola et de Mme Cini dans Chacun sa vérité de Pirandello (1969), puis celui de Martine dans Le Médecin malgré lui de Molière (1969). Elle rejoint ensuite la troupe du →Théâtre Populaire Romand (TPR) à La Chaux-de-Fonds (1969-73) où sous la direction de →Charles Joris, elle interprète notamment Hortense dans Le Prince travesti de Marivaux (1969), la Mère dans Job Cardoso de Pierre Halet (1970), Mme Salvi dans Le Dossier Antonio Salvi (25.3.1971). Elle adapte et joue le monologue Véronique, la vie commence à 20h30 d’Armand Gatti (1972). Pour le TPR, elle participe à la rédaction des livres-répertoire et signe la traduction du Roi Lear de Shakespeare (1976). Elle se consacre ensuite à d’autres activités, notamment avec la Fédération romande des consommatrices. Puis elle enseigne le théâtre à l’école secondaire de La Chaux-de-Fonds (1990-99) et dans les ateliers pour enfants du TPR (1994-98). En 1994, elle est la Mère dans Neige en décembre de Jean-Marie Piemme réalisée par Anne-Marie Jan à l’→ABC. Au →Théâtre Boulimie à Lausanne, elle joue pour →Lova Golovtchiner dans Brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio (1997). Elle interprète ensuite, pour →Jean Liermier, Marie dans Loin d’Hagondange de Jean-Paul Wenzel au →Nouveau Théâtre de Poche de Genève (2001).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Claire Flohr, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 608.