Claude Para

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  4.6.1938 Lausanne VD. De son vrai nom Robert Cand.

P. suit les cours de →Paul Pasquier à Lausanne (1954-57), puis ceux de →Germaine Tournier à Genève (1958-64). Il débute au →Théâtre du Petit-Chêne (1957). À la →Maison des jeunes et de la culture de Saint-Gervais, il se joint à l’Atelier Don Sapristi où il est Bortsov dans Sur la grand-route de Tchekhov réalisé par →Armen Godel (1963) et le Juge dans Grand-peur et misère du IIIe Reich mis en scène par →François Rochaix (1964). Il joue ensuite au →Théâtre de Carouge dans plus de vingt-cinq productions (1963-77). Il incarne fréquemment des personnages ronds et patelins comme Saliva dans L’Ingénieux Sancho Pança de →Louis Gaulis (10.5.1964), l’attaché d’ambassade Eino Silakka dans Maître Puntila et son valet Matti de →Bertolt Brecht (1965), deux réalisations de →François Simon. Pour →Philippe Mentha, il joue l’acteur alcoolique des Bas-fonds de Gorki (1965), le sous-officier Sidorenko dans Cœur ardent d’Ostrovski (1967), le pasteur dans Biographie de →Max Frisch (8.5.1968), le domestique Désiré dans Le Grognon de Goldoni (1969), ou encore le devin Tirésias dans Antigone de Sophocle (1971). De même, il interprète Monsieur Purgon dans Le Malade imaginaire de Molière que réalise →Guillaume Chenevière (1971). Pour →François Rochaix, il représente des figures du pouvoir comme Guillaume II dans Le Bourgeois Schippel de Carl Sternheim (1974), le pasteur Elmer Penn dans Sauvages de Christopher Hampton (8.4.1975) et Hindsborough dans La Résistible Ascension d’Arturo Ui de Brecht (1976), puis il crée aussi sous sa direction le rôle du valet obstiné et retors Conrad dans Le Creux de →Michel Viala au Parc Trembley (8.7.1974). Il dit le Prologue dans La Moscheta de Ruzzante montée par →Martine Paschoud (1976) et tient le rôle du Palotin Cotice dans Ubu roi de Jarry mis en scène par →Michel Soutter (1976), puis celui du médecin militaire Tcheboutykine dans Les Trois Sœurs de Tchekhov que réalise →Hervé Loichemol (1977). À Carouge, il présente ensuite Femmes parallèles de François Billetdoux lors des apéritifs-théâtre (1977). À la Comédie de Genève, il incarne le riche gentilhomme Baptista dans La Mégère apprivoisée d’Audiberti mise en scène par Niko Kerkenrath (1979) et le propriétaire terrien Guerassim Kouzmitch Petrine dans Platonov de Tchekhov monté par →Catherine Eger (1980). En 1981, il rencontre Luc Surbeck avec lequel il fonde le →Théâtre Para-Surbeck. Il met dès lors en scène et joue dans l’ensemble des spectacles de ce lieu, notamment dans Le Tourniquet de Victor Lanoux (1994) et dans Madame Marguerite de Roberto Athayde (1985), repris plusieurs fois.



Autrice: Christine Klaus



Source:

Klaus, Christine: Claude Para, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1370–1371.

Normdaten