Claude Thébert

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  22.2.1947 St-Dié (F).

Après avoir découvert à Aix-en-Provence le travail théâtral de Jerzy Grotowsky (novembre 1968), T. dirige le Centre culturel communal de St-Dié (1969-70). De 1971 à 1985, il est ensuite comédien permanent au →Théâtre Populaire Romand (TPR), où il participe à une trentaine de spectacles sous la direction de →Charles Joris. Il est notamment le propriétaire ruiné Teleguine dans L’Oncle Vania de Tchekhov (1971), l’ouvrier Antonio Salvi dans la création collective Le Dossier Antonio Salvi (1972) et le jeune soldat Arlequin Battochio dans L’Amant militaire de Goldoni (1973). Il joue aussi le Chat dans Le Dragon d’Evguéni Schwartz (1975), Edgar dans Le Roi Lear de Shakespeare (1976), Scapin dans Les Fourberies de Scapin de Molière (1982), Lubin dans Par-dessus bord de Vinaver (1983) et Hans dans Par les villages de Handke (1983). Au TPR, pour Gaston Jung, il crée le rôle du jeune Lucien dans Les Branlefer d’Heinrich Henkel (16.11.1972), puis celui du fils Charles dans Marie Madeleine de Kroetz (22.11.1974). Il y réalise encore Que d’embûches sur la voie de Nasrudin et Zeineb de →Gilbert Musy, où il incarne Nasrudin (20.8.1985). Ensuite, au →Théâtre Saint-Gervais il interprète le rôle-titre dans Minetti de Thomas Bernhard réalisé par Claude Grin (1986) et au →Théâtre d’Yverdon crée en français Si Dieu était Suisse d’→Hugo Loetscher sous la direction de →Christiane Vincent en 1991. À la →Comédie de Genève, il joue pour →Claude Stratz le boucher Pougatchov dans Le Suicidé de Nicolaï Erdman (1987), plusieurs rôles dont Lépide dans Jules César de Shakespeare (1990) et le Patron dans Le Drame d’→Olivier Chiacchiari (12.5.1997). Il y interprète aussi plusieurs autres rôles d’hommes désabusés comme le professeur Spalanzani dans Un conte d’Hoffmann de et réalisé par Denis Guénoun (10.11.1987), le bourgeois Speer dans Casimir et Caroline d’Horváth mis en scène par →Jean-Louis Hourdin (1990) et l’impotent Sorine dans La Mouette de Tchekhov sous la direction de Philippe Sireuil (1992). Au →Nouveau Théâtre de Poche, il est pour →Philippe Morand le docteur Rank dans Maison de poupée d’Ibsen (1992-93). Au →[Théâte am Stram Gram, Genève GE|Théâtre Am Stram Gram], il tient le rôle de Dupond dans Les Bijoux de la Castafiore d’Hergé (2001-04). En 1987, il réalise au →Théâtre de Neuchâtel Léonce et Léna de Büchner, spectacle fondateur du Théâtre des Gens (1987). Après avoir joué Félix de →Robert Walser au →Théâtre du Grütli (7.2.1989), il fonde en 1993 avec →Anne-Marie Delbart et →Gilles Lambert le Théâtre du Sentier qui présente principalement un répertoire d’auteurs suisses, en privilégiant les petites formes et l’art du conteur dans un rapport de proximité, en de longues tournées. Avec eux dans le cadre de →La Bâtie-Festival de Genève, il crée en français Le Brigand de Robert Walser (31.8.1995) et reprend Si Dieu était Suisse d’→Hugo Loetscher (1997), puis il présente à la Comédie Le Violon de verre, textes de →Corinna Bille (23.11.1998). Dès 1994, il collabore avec le →Théâtre Les Trois P’tits Tours où il met en scène, entre autres, Napoléon chez les Waldstaetten de →Thomas Hürlimann (7.3.1996), Sur un rivage du lac Léman… de →Jacques Probst (23.4.1998) et Après d’Antoine Jaccoud (4.4.2003).



Auteur: Cyril Tissot



Source:

Tissot, Cyril: Claude Thébert, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1938, voir figure p. 1938.