Claude Yvoire

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 19.2.1913 Bâle, † 16.7.1997 Genève. De son vrai nom Dolf Zinsstag.

Y. étudie le piano, le violoncelle, l’orgue, la contrebasse, la clarinette et le basson au Conservatoire de Bâle, ainsi que l’harmonie et la composition dans les classes de Georges Häser, Ernest Mohr et Rudolf Moser. Il prend ensuite des cours de direction d’orchestre chez →Felix Weingartner à Vienne (1935-37). Il travaille d’abord dans la musique de variété avec l’orchestre Lanigro (1931-35), puis celui de Teddy Stauffer (1940-42), et dans les théâtres de Bâle, Bienne et Soleure comme pianiste répétiteur (1938-41). Il s’installe à Genève, où il travaille comme contrebassiste à l’Orchestre de la Suisse Romande (1942-78), dirige l’École sociale de musique (1962-66) et divers chœurs comme Genève chante (1960-89), Pro Ticino (1967-93) ou le Chœur liturgique interconfessionnel (1982). D’inspiration française, avec des références à Ravel, Dukas, Poulenc, mais aussi à Strawinsky et Glenn Miller, son œuvre est celle d’un pianiste, d’un compositeur et d’un arrangeur qui s’est illustré aussi bien dans le domaine de la musique de variété que dans le domaine classique : piano, musique de chambre, œuvres pour orchestre dont une Suite helvétique (1976); elle compte plus de 80 titres. Il est l’auteur de musiques de films et compose de la musique légère pour la Radio Suisse Romande (1944-63). Au →Casino-Théâtre de Genève, il arrange et compose pour la plupart des revues, dès 1944 et jusqu’en 1963. Il réalise aussi les arrangements musicaux de Si l’expo m’était comptée…, cantate de →Jack Rollan (1965). Il donne une opérette, Mon tendre amour, sur un texte de Jacques Faure, pour huit voix, chœur de femmes et orchestre, et une comédie musicale en un acte pour soli, chœur et orchestre, Le Faune et l’Amour, sur un livret d’André Myr, présenté au Théâtre d’Avignon (1965). Pour le 700e anniversaire de la Confédération, il écrit la musique de Nicolas de Flue, fresque populaire sur un livret de Galliano Perut (1991). Directeur musical de la compagnie →Denyse Orval, il dirige de nombreux ouvrages lyriques de Lecocq, Offenbach, Messager, Massenet, ce qui lui vaut d’être décoré de la Croix d’officier de l’ordre du mérite et du dévouement par le gouvernement français (1971).

Archives

  • Fonds C. Y., Bibliothèque cantonale et universitaire, Lausanne.


Auteur: Jean-Louis Matthey



Source:

Matthey, Jean-Louis: Claude Yvoire, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 2132.