Daniel Perrin

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  9.1.1955 Lausanne VD.

P. étudie le piano à l’Institut Czerny de Lausanne (1974-78) et à la Swiss Jazz School de Berne (1979-83), puis effectue des stages de composition à l’Awer Blue de New York (1987, 1988). Participant à La Nuit, comédie musicale de Léo Ferré présentée aux Jeux du Castrum 1981 à Yverdon, il rencontre →André Steiger qui le charge d’écrire les musiques de plusieurs de ses spectacles, dont Les Troyennes d’Euripide (1986) et Les Nègres de Genet (1987) au →Centre Dramatique de Lausanne (CDL), puis en 1988 Les Biches aux abois d’après Labiche au →Nouveau Théâtre de Poche de Genève (NTP). Il signe aussi l’environnement sonore pour des mises en scène d’→Hervé Loichemol, notamment au CDL Dans la solitude des champs de coton de Koltès et Français, encore un effort si vous voulez être républicains de Sade (1987), à la →Salle Patiño Nationalité française d’Yves Laplace (19.1.1989), puis à la →Comédie de Genève Entre soi on s’arrange d’Ostrovski (1990). Dès 1990, il participe comme compositeur et musicien à l’ensemble des créations du →Théâtre Musical. Au →Théâtre Am Stram Gram, il réalise des arrangements musicaux pour →Dominique Catton, entre autres pour On ne badine pas avec l’amour de Musset (1995) et Soyez poli Monsieur Prévert d’après Prévert (1999). →Nicolas Rossier le sollicite aussi comme compositeur et musicien pour Ubu roi de Jarry à →La Bâtie-Festival de Genève (1997) et pour Les Apparences sont trompeuses de Thomas Bernhard à l’→Arsenic (1998). Il crée pour →Martine Paschoud les musiques de scène de deux pièces de →Matthias Zschokke, Les Alphabètes à la Comédie de Genève (18.1.2000) et La Commissaire chantante au NTP (10.4.2002). En 1999, il fonde avec →Lee Maddeford, →Roland Vouilloz et →Yves Jenny la compagnie de l’Œillade qui réalise le spectacle Les Tribus modernes au →Théâtre de l’Échandole. Il collabore par ailleurs avec des chorégraphes, comme →Noemi Lapzeson pour Promenade dans un jardin à la Bâtie (1996) et →Philippe Saire pour Faust au →Théâtre Sévelin 36 à Lausanne (1999). Dès 1981, il compose des arrangements et accompagne →Yvette Théraulaz, jouant aussi fréquemment avec le pianiste Thierry Lang. Il fait partie de divers groupes de musiciens dont Diatonikachromatik qu’il dirige. Il signe les musiques des films Vanna réalisé par Éric van der Borght (1998) et La Beauté sur la terre de →Charles Ferdinand Ramuz, tourné par Antoine Plantevin (1999).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Daniel Perrin, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1393.