Delphine Horst

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  10.8.1971 Lausanne VD.

En Parallèle à des études de sociologie et d’anthropologie à l’Université de Lausanne (1994), H. se forme à la pratique du théâtre en suivant les cours de l’Atelier Volant à Lausanne (1993-95) et quelques stages avec Claude Régy et →André Steiger. Elle collabore avec →Jacques Roman (1995-2004), comme actrice, entre autres dans Mémoire en un acte de Benjamin Fondane (1998) ou Bleu de Thury de Malika B. Durif (2000), spectacles montés à l’→Arsenic; elle est son assistante à la mise en scène pour Joséphine la cantatrice ou le Peuple des souris de Kafka présenté au →Théâtre Vidy-Lausanne (1996), et pour Des pauvres et des cirques d’Ernesto Sabato à l’Arsenic (1999). À l’automne 2001, elle dit les Paroles du sage d’Henri Meschonnic, traduction poétique de l’Ecclésiaste montée au →Caveau, à Genève par →Carlo Gigliotti, puis joue dans Providence de Marie N’Diaye que met en scène Marc Liebens au →Théâtre Kléber-Méleau à Renens (2002). En 2004, elle dit le monologue Le Papier peint jaune de Charlotte Perkins Gilman, dirigée par Jacques Roman au →Théâtre du Grütli à Genève, puis tient le premier rôle, celui de Jane, dans Le Bonheur du vent de Catherine Anne mis en scène par →François Marin au Pull off, à Lausanne. Elle est Marie Goegg dans le moyen-métrage Tout feu, tout femme, réalisé par Jacqueline Veuve et Gaby Schaedeler en 1999.



Autor: Nicolas Guex



Source:

Guex, Nicolas: Delphine Horst, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 873.

Normdaten