Emmanuelle Ramu

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  8.5.1959 Paris (F). De son vrai nom Emmanuelle Tappy. Fille de →Lise Ramu et de Marc Fayolle, sœur de →Claire Fayolle, comédiens. ∞ 1987 →Jean-Marc Stehlé, scénographe.

Après avoir suivi les cours de l’École de danse de →Serge Golovine à Genève (1974-77), R. participe, au →Théâtre Onze à Lausanne, à un stage qui débouche sur un spectacle performance de douze heures, présenté au Casino de Montbenon, L’Anniversaire de Sylvie dans lequel elle tient le rôle de Sylvie (1976). Puis, après avoir suivi les cours de l’→ÉSAD à Genève durant une année (1977/78), elle joue Zoé dans Un parfum de fleurs de Saunders (1978), spectacle d’été du →Nouveau Théâtre de Poche dans le bois de la Bâtie, mis en scène par →Philippe Mentha. Elle participe aux préparatifs d’ouverture du →Théâtre Kléber-Méleau et y joue, sous la direction de Mentha, Irina dans Les Trois Sœurs de Tchekhov (1979), Elmire dans Tartuffe de Molière (1979), Viola dans La Nuit des Rois de Shakespeare (1980), Lucietta dans Les Rustres de Goldoni (1981), Célimène dans Le Misanthrope de Molière (1982) et Nina dans La Mouette de Tchekhov (1983). À la →Comédie de Genève, elle tient le rôle de la princesse Nathalie dans Le Prince de Hombourg de Kleist mis en scène par →Claude Stratz (1980), puis travaille avec →Benno Besson: elle interprète Pompéa dans L’Oiseau vert de Gozzi (1982-84), Lucinde dans Le Médecin malgré lui de Molière (1985). Toujours pour Benno Besson, elle est Cyprienne dans Mille francs de récompense d’Hugo au →Théâtre Vidy-Lausanne (1990) et Paracha l’héroïne de Cœur ardent d’Ostrovski au Théâtre national de Bretagne et à Vidy (1991/92). Elle retrouve Philippe Mentha au Théâtre Kléber-Méleau pour incarner notamment Marie dans Le Retour au désert de Koltès (1993), Lizzie dans La prochaine fois je vous le chanterai de Saunders (1993), Célie dans Sganarelle de Molière (1998). Elle y crée en français le rôle de Rosa dans L’Ami riche de →Matthias Zschokke (19.10.1999), puis elle est Lucietta dans Il Campiello de Goldoni (2000). Elle retrouve Besson et tient plusieurs personnages dans Le Cercle de craie caucasien de →Bertolt Brecht (2000-02). Pour le cinéma, elle joue notamment dans Parti sans laisser d’adresse de Jacqueline Veuve (1982).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Emmanuelle Ramu, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1460.