Frédéric Polier

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  1.11.1963 Nyon VD. ∞ 2002 →Camille Giacobino, comédienne.

Après avoir fréquenté pendant deux ans l’→ÉSAD (1987-89), P. évolue dès 1990 dans le circuit indépendant genevois. Au →Théâtre­ de l’Usine, il participe à La vie est un songe de Calderón, réalisation considérée comme l’acte fondateur du collectif du →Théâtre du Garage, avec lequel il poursuit jusqu’en 1994. Il dirige Dernières nouvelles de la peste de Bernard Chartreux dans le cadre du →Festival de la Bâtie (1991). Il est le maître d’œuvre d’un cycle sur Koltès (1992), dont il dirige Tabataba et Roberto Zucco, et joue au côté de →Jean-Luc Farquet La Nuit juste avant les forêts mise en scène par →Éric Salama. Au →Théâtre du Grütli, il sert avec aisance des personnages d’apparence massive, tour à tour autoritaires, violents, attendrissants et maladroits, notamment Frondoso dans Le Village en flammes de Fassbinder réalisé par Rafaël Bermudez (1991) et, sous la direction de →Pierre Dubey, le juge d’instruction Phélypeaux dans L’Émission de télévision de Michel Vinaver (1992) puis Gorgibus dans Le Dernier Ridicule d’après Molière et Vinaver (1994). Comédien musicien, il collabore aussi à Weisman et Copperface, western yiddish de George Tabori, mis en scène par Éric Salama (1998). En 1994, il réalise et interprète le Fou dans Le Roi Lear de Shakespeare à l’ancien Palais des expositions, spectacle fondateur de l’Helvetic Shakespeare Company. Avec cette compagnie genevoise sous la direction de →Valentin Rossier, il est ensuite Lucius dans Titus Andronicus au →Théâtre­ du Loup (1996) et l’Acteur dans Rosencrantz et Guildenstern sont morts de Tom Stoppard, au →Nouveau Théâtre de Poche (1999). À la →Comédie de Genève, il est engagé par →Claude Stratz pour jouer dans Fantasio de Musset et dans Monsieur Bonhomme et les Incendiaires de →Max Frisch (1995). Au →Théâtre Saint-Gervais, il est ensuite un cadre supérieur soumis à l’épreuve du replacement dans Top Dogs d’Urs Widmer que réalisent →Sophie Gardaz et →Jacques Michel (1998-2000), puis au NTP le fils Holzer, jeune bourru impatient de s’affranchir des carcans familiaux, dans Peep­show dans les Alpes de Markus Köbeli, réalisé par →Robert Bouvier. Comme metteur en scène, il monte aussi La Collection de Pinter à la Maison de quartier de la Jonction (1992) puis, au Grütli, Splendid’s de Genet (1997) et "Excédent de poids, insignifiant: amorphe" de Werner Schwab (1998), auteur dont il réalise aussi Escalade ordinaire, au →Festival de la Cité, à Lausanne (2001). Au cinéma, il interprète Rolf dans L’Ombre de Goretta (1992), le Chasseur dans Fourbi d’Alain Tanner (1996), puis Babar dans Les Petites Couleurs de Patricia Plattner (2002) et André dans Aime ton père de Jacob Berger (2003).



Autrice: Christine Klaus



Source:

Klaus, Christine: Frédéric Polier, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1422–1423, voir figure p. 1423.