Frédéric Robert

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  28.12.1953 Carpentras (F), †  2.1.1990 Genève.

Après les Beaux-Arts de Genève, R. entre aux Arts décoratifs, jusqu’au diplôme de graphiste (1976). Ses premières réalisations scéniques sont pour les spectacles mis en scène par →Claude Stratz, avec lequel il développe une esthétique de grands murs marqués par le temps. Il propose ainsi pour Les Bakkhantes d’Euripide un élégant et inquiétant reste de château, au centre d’un espace moutonné (1975). Il déconstruit un espace industriel pour Tamerlan d’après Marlowe au →Théâtre de Carouge (1976), où il déploie aussi à l’occasion du Woyzeck de Büchner d’immenses parois d’usine et une porte monumentale de hangar (1978). À la →Comédie de Genève pour Le Prince de Hombourg de Kleist, il alterne des murs de briques apparentes avec des lambris écaillés et dessine des costumes superbes de rigueur (1980). À la Comédie et aux Amandiers de Nanterre, il réalise un dispositif à verrière sous lequel se jouent Le Legs et L’Épreuve de Marivaux (1985), puis les appartements kitch qu’emprunte jusqu’au tombeau Le Suicidé de Nicolaï Erdmann (1987). Il dessine son dernier décor, tout de marbre et de miroirs glaçants, pour Chacun à son idée de Pirandello, spectacle avec lequel Stratz inaugure ses fonctions de directeur de la Comédie de Genève (1989). Par ailleurs, il signe le décor de Maison de poupée d’Ibsen au →Nouveau Théâtre de Poche pour →André Faure (1975), ceux de la →Revue du Casino-Théâtre de Genève 1979 et conçoit l’espace pour Le Merle siffleur d’Arthur London, mis en scène par →François Rochaix à Carouge (1980). Il travaille aussi avec Carolyn Carlson, imaginant des espaces pour quatre de ses spectacles, dont Dark (1988). Son œuvre peint hyperréaliste a été exposé à Genève au Salon Opéra (1979), à la galerie Care off (1986), à Paris au Salon Foch (1988) et ses derniers travaux d’espaces ouverts et de décors de chantier, à la Comédie de Genève, sous le titre Ciel et Tas, en décembre 1989.



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Frédéric Robert, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1504–1505.