François Marin

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  8.9.1967 Martigny VS.

Tout en préparant sa maturité au Collège de l’abbaye de St-Maurice (1987) et sa licence ès lettres à l’Université de Genève (1995), M. joue d’abord en amateur à Sion, sous la direction de →Jacques de Torrenté et →Catherine Sumi (1986-90), puis se forme à la →SPAD dont il obtient le diplôme (1994). Il travaille avec →Hervé Loichemol, joue un juge dans Politisch Korrekt d’après →Bertolt Brecht et fait partie du chœur d’Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze, à la Ferme du Châtelard de Ferney-Voltaire (1995). Il est aussi l’assistant de Loichemol pour les mises en scène de La Petite Catherine de Heilbronn de Kleist à la →Comédie de Genève (1997) et plusieurs réalisations à Ferney (1998-99). Entre-temps, il fonde sa propre compagnie et dirige le monologue Comme un ciel de Chagall. Chroniques extraordinaires d’un pénis ordinaire de Jacques Biolley, texte présenté sous le chapiteau du →Théâtre Vidy-Lausanne (3.2.1994). Il réalise plusieurs textes contemporains dont, à l’→Arsenic, la création de La Septième Vallée de →Jacques Probst (10.4.1996) et Mamie Ouate en Papoâsie de →Joël Jouanneau (1997). Avec le diptyque épique d’Enzo Cormann sur Gilles de Rais, L’Apothéose secrète au →Théâtre 2.21 (1998) puis La Plaie et le Couteau à l’Arsenic (1999), il engage un cycle de réalisations où il explore la contiguïté du mal et du bien dans les aspirations et les actions humaines. Cette réflexion se poursuit avec La Légende du grand inquisiteur d’après Dostoïevski, au 2.21 (2000), puis en 2001 avec Slaves! de Tony Kushner à l’Arsenic et Un pour la route de Pinter au →Théâtre du Grütli, à Genève. Il porte aussi à la scène plusieurs textes de la romancière Noëlle Revaz, dont le monologue Sport et Divertissement, écrit sous le pseudonyme de Maurice Salanfe, présenté au Théâtre du Lapin Vert de Lausanne (7.3.1997), et le montage Quand je serai grand, réalisé au →Petithéâtre de Sion (2002). Il rédige par ailleurs Des yeux pour entendre (Carouge, Zoé, 1996), ouvrage qui retrace les douze ans de direction de →Martine Paschoud au →Nouveau Théâtre de Poche de Genève (1984-96), où il est ensuite collaborateur littéraire de →Philippe Morand (1998-2003). Dans ce théâtre, il met en scène en 2002, Le Collier d’Hélène de la Québécoise Carole Fréchette. Depuis 2001, il dirige aussi des mises en lecture d’écrivains romands contemporains comme Jean-Marc Lovay, Adrien Pasquali ou Jérôme Meizoz dont il réalise Jours rouges avec →Jacques Roman et le musicien Christophe Fellay au Théâtre du Dé à Évionnaz (14.11.2003). Il réalise au Pull off à Lausanne Le Bonheur du vent de Catherine Anne (2004/05) et le présente notamment à Sion, au →Théâtre de Valère dont il reprend la direction dès 2005. Comme metteur en scène, il est lauréat du prix de l’encouragement culturel de l’État du Valais (2000) et reçoit en 2001 un contrat de confiance de trois ans octroyé par l’État de Vaud, prolongé dès 2004. Il est aussi lauréat du prix jeunes créateurs pour le théâtre de la Fondation vaudoise pour la culture et la promotion artistiques (2002). Maxime Laurent


Source:

Laurent, Maxime: François Marin, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1180.