Francine Walter

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 11.4.1939 Genève. Fille de Franz W., violoncelliste et auteur dramatique sous le pseudonyme de Terval. ∞ 24.6.1965 →Philippe Laudenbach, comédien.

Élève­ de →Jean Bard au →Conservatoire de Ge­nève, W. joue dès l’âge de 13 ans à Radio-Genève puis à la →Comédie de Genève, où elle revient à 18 ans pour tenir des rôles de jeunes femmes mutines,­ comme Patty dans La Lune est bleue de Hugh Herbert dirigée par →Édouard Nerval (1957), Aline dans José de Michel Duran que réalise →André Talmès (1958) ou Stella Goodmann dans Philippe et Jonas d’Irwin Shaw que met en scène →William Jacques (1962). Elle y interprète notamment, sous la direction de →Maurice Jacquelin, Rosaura dans Le Menteur de Goldoni et Hélène dans Il était une gare de Jacques Deval (1958). Elle fréquente ensuite la classe de Fernand Ledoux au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris (1959-61); elle travaille dès lors surtout en France, notamment pour Julien Bertheau dans Lorenzaccio de Musset au Festival de Sarlat (1967) et pour Yves Gasc, qu’elle accompagne aux États-Unis pour une tournée du Tartuffe de Molière (1968). Sous la direction de Pierre-Étienne Heymann, elle joue dans Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux au Centre dramatique de Franche-Comté, à Besançon (1972), puis au Festival d’Avignon dans Saint Nicolas mon bon patron d’Anne Perry-Bouquet (1973), et à la Maison de la culture de Bourges dans Les Mains sales de Sartre (1987). À Paris, avec l’acteur et metteur en scène Laurent Terzieff, elle est Lola de Trémeur, son épouse sacrificielle, dans Rubezahl, scènes de Don Juan de Milosz au Théâtre du Lucernaire (7.9.1973). Elle travaille à nouveau sous sa direction pour les créations françaises de deux pièces du répertoire contemporain anglo-saxon: au Théâtre 13, Guérison américaine de James Saunders, où elle incarne Hélène au côté de Philippe Laudenbach, dans un face-à-face de couples rongés par l’expérience de l’adultère (28.9.1984) puis au Théâtre Rive gauche, Le Regard de Murray Schisgal (25.9.2002). En Suisse, elle interprète notamment au →Centre Dramatique de Lausanne, Erminia dans La Comédie des esprits de Meran Mellerio créée par →Charles Apothéloz (21.1.1975). Au →Théâtre­ du Jorat, à Mézières, elle est Bonne de Berry, l’épouse du comte Amédée VII, dans Le Chevalier de Grandson d’Henri-Charles Tauxe réalisé par →Gérard Carrat (3.6.1978). Au →Nouveau Théâtre de Poche, à Genève, puis à Paris au Théâtre Artistic-Athévains, elle participe à la création des deux versions de Staël d’→Yves Laplace, mises en scène par →Hervé Loichemol, y tenant le rôle de Suzanne Necker, fantôme maternel oppressant (16.5.1989 et 5.5.1992). Depuis 1990, elle anime des cours d’art dramatique à l’Atelier Premier acte, à Paris. Elle a aussi écrit des chroniques sur les théâtres parisiens pour le Journal de Genève (1970-73).



Autrice: Françoise Dubor



Source:

Dubor, Françoise: Francine Walter, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 2046.