Gérard Valbert

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 19.10.1925 Neuchâtel.

Il adopte le pseudonyme de V. dès l’âge de 16 ans. Il suit les cours de →Paul Pasquier au →Conservatoire de Lausanne, tout en effectuant un stage de journaliste à L’Express de Neuchâtel, puis part à Paris en 1946, où il suit des cours à la Sorbonne et travaille comme journaliste. Dès 1954, il revient en Suisse et entre à la Radio Suisse Romande (RSR) où il est responsable d’émissions littéraires (1954-90). Dès 1958, plusieurs de ses textes de théâtre sont diffusés par les radios francophones. La Première Femme de Barbe-Bleue, caricature des milieux staliniens, est créée à Nancy (30.7.1958). Il écrit ensuite L’Homme qui monte la garde, adapté d’un récit de Leskov, évoquant le destin d’un soldat écartelé entre la discipline et ses devoirs d’homme. La pièce est créée par →Armand Abplanalp aux →Faux-Nez (9.4.1963). En 1964, l’Exposition nationale par l’intermédiaire de →Charles Apothéloz lui commande une œuvre, La Révolution de Davel, qui est mise en scène par →Alain Knapp au →Théâtre Municipal de Lausanne (13.5.1964). Commande de la Télévision Suisse Romande, Le Voyage à Londres est réalisé par Raymond Barrat (1968). À la RSR, il signe plus de 200 émissions dramatiques. Il est l’auteur de plusieurs romans et de deux essais remarqués sur Albert Cohen (1981 et 1990), ainsi que de diverses réflexions historiques dont L’Europe des Suisses (1997).



Autrice: Claude-Anne Borgeaud



Source:

Borgeaud, Claude-Anne: Valbert Gérard, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1991–1992.

Normdaten