Georges Dimeray

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  2.6.1895 Genève, †  14.8.1964 Genève. Georges­ Vincent Stanislas Gost­kowski. ∞ Io Yvette Klein, comédienne, ∞ IIo Jeanne Louise Siegfried († 1942), ∞ IIIo 20.4.1947 →Germaine Épierre, comédienne.

En 1911 déjà, D. joue dans une troupe liégeoise qui se présente durant l’été au Théâtre du Parc des Eaux-Vives à Genève. À Paris, il participe à des revues de cabaret, présente des numéros de music-hall, et même de clown équestre au cirque Médrano en 1912, puis entre aux Folies-Bergère où Harry Baur le remarque parmi les compères de revue et lui donne quelques cours. Il reste ensuite deux ans à l’Alhambra d’Alger, puis se trouve à la Scala de Bruxelles en août 1914. De retour en Suisse, il joue les amoureux et les jeunes premiers au →Théâtre de Lausanne (1914/15), puis jusqu’à la fin de la guerre avec les tournées Georges Berr en Suisse. Il travaille ensuite avec les tournées Baret, passe à L’Alcazar de Marseille, devient brièvement directeur artistique de l’Opéra de Nice. Il est alors engagé tour à tour dans la troupe du →Casino-Théâtre de Genève où il exploite sa veine de fantaisiste (1924-27; 1935-39) et dans celle de la →Comédie de Genève, Genève GE (1927/28; 1931-35; 1939-46) où il interprète alors sous la direction de →Maurice Jacquelin quelques grands seconds rôles, comme le roi Claudius dans Hamlet de Shakespeare (1940), Égisthe dans Électre de Giraudoux et Homais dans Madame Bovary d’après Flaubert (1944). Il y crée aussi le personnage de Pache dans La Caverne des grands voleurs d’→Alfred Gehri (6.12.1945), auteur qu’il a fréquemment joué, créant aussi notamment Marcenac dans Les Nouveaux du 6e étage mis en scène par →Jean Hort au Casino de Montbenon, à Lausanne (21.9.1943). Après un séjour de deux ans à Paris, il revient occasionnellement à la Comédie (1949-51; 1955-64) et y joue dès lors ses plus grands rôles, Agazzi dans Chacun sa vérité, de Pirandello (1949), Serebriakov dans L’Oncle Vania de Tchekhov (1955), Shylock Le Marchand de Venise de Shakespeare (1957), Cauchon dans L’Alouette d’Anouilh que met en scène →Édouard Nerval (1959), Falstaff dans La Farce des joyeuses commères de Shakespeare adaptée par →Piachaud et mise en scène par →William Jacques (1959). Dès 1952, il tourne avec Germaine Épierre dans les cabarets de Suisse Merde, v’là l’hiver, adapté de Jehan Rictus, puis Merle, v’là l’printemps. Excellant dans les rôles de composition, sa grande maîtrise du maquillage lui permet d’incarner des personnages d’apparences très diverses. Au cinéma, il a joué le Commissaire de police dans Farinet, film de →Max Haufler (1938).



Autrice: Christine Klaus



Source:

Klaus, Christine: Georges Dimeray, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 472.

Normdaten