Georges Milhaud

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  6.12.1925 Genève, †  19.5.2005 Genève. De son vrai nom Jean-Émile Wyss.

À la Comédie de Genève avec la jeune Compagnie des Masques, il joue dans deux spectacles mis en scène par →Giorgio Strehler: dès la mi-avril 1945 il est le deuxième des trois Prêtres de Meurtre dans la Cathédrale de T. S. Eliot, puis il crée le personnage de Mereia dans Caligula de Camus (26.6.1945). Il travaille avec la troupe régulière de la Comédie dès le mois de novembre 1945: il interpréte François II dans Margot d’Édouard Bourdet puis tient une trentaine de rôles au cours des quatre années suivantes, notamment ceux de Lucas dans Le Médecin malgré lui de Molière que monte Robert Manuel de la Comédie-Française (1947) et La Grange dans Les Précieuses ridicules ou Julien dans Les Femmes savantes, de Molière, réalisées par →Maurice Jaquelin (1947 et 1948), créant aussi sous sa direction le personnage de Tonio dans François des rocs de Pierre Vallette (17.11.1949). Au cours de ces années (1947-52), il est de plus en plus souvent régisseur de scène et remplace parfois →Édouard Nerval comme régisseur général. Fabienne Faby fait appel à lui au Théâtre de Poche pour jouer dans Azouk d’Alexandre Rivemale (1956) et il participe ensuite à la moitié des six spectacles que ce lieu propose chaque saison, interprétant entre autres pour elle Jeulin dans Bonne chance, Denis de Michel Duran (1957), Ménélas dans Hélène ou la Joie de vivre d’André Roussin (1958), Ribadier dans le Système Ribadier de Feydeau (1960) et Robert Giraux dans Monsieur Masure de Claude Magnier, dernier spectacle de ce lieu (1961). Il joue sous la direction de →François Simon dans Hamlet de Shakespeare durant l’été 1957 au Théâtre grec de l’Ecole internationale, où il est le Cuisinier dans la création en français de Cnémon le Misanthrope de Ménandre (5.6.1959), et au →Théâtre de Carouge dans Les Cornes de Don Sapristi de Valle Inclán (1958); il y interprète pour Mentha le boucher Stavro dans Capitaine Karagheuz de →Louis Gaulis (12.10.1960), Brackenbury dans Richard III de Shakespeare (1961). Puis →Richard Vachoux l’appelle au →Nouveau Théâtre de Poche, où il participe à la plupart des quatre ou cinq spectacles qui y sont présentés chaque saison (1962-73). Lorsque Vachoux est nommé directeur de la Comédie, il devient un temps régisseur général de cette grande scène (1974-78). Dans l’un ou l’autre lieu, il joue sous la conduite de Vachoux, entre autres Ginginet dans Les Chemins de fer de Labiche (1962), le Capitaine Perella dans L’Homme, la bête, la vertu de Pirandello (1963), Monsieur Dimanche dans Dom Juan de Molière (1967). Il est aussi Monsieur Loyal dans Un Tartuffe de Molière mis en scène par →André Steiger (1971) pour lequel il interprète un tonitruant Polonius dans Hamlet de Shakespeare (1974); pour Jean Bruno, il joue Cambronne dans Intermezzo de Giraudoux (1976) et l’inspecteur Bernard dans Harold et Maud de Colin Higgins (1978). Il travaille ensuite avec les →Artistes Associés de Lausanne (AAL), pour lesquels il met en scène Tchao! de Marc-Gilbert Sauvajon et Double jeu de Robert Thomas (1980/81), À vos souhaits de Pierre Chesnot (1981), Herminie ou Devine qui est dans le placard de Claude Magnier (1982), Chat en poche de Feydeau (1984/85). En 1982, il compte avoir joué 180 auteurs et tenu 250 rôles, et poursuit au Théâtre de Carouge dans Notre Guillaume Tell de →Gerold Späth mis en scène par Jean-Charles Simon (30.4.1985) et dans Lorenzaccio de Musset réalisé par Séverine Bujard (1986). Il participe à de nombreuses fictions de la Télévision Suisse Romande et collabore à la Radio Suisse Romande depuis 1949, où il exerce la profession de bruiteur-acteur durant 23 ans.



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Georges Milhaud, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1247–1248.