Gilbert Divorne

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  14.2.1934 Genève.

Après les cours du →Conservatoire de Genève dans la classe de →Greta Prozor (1954-56), D. se rend à Paris où il suit le cours Étienne Decroux (1956-58) et l’École Jacques Lecoq (1956/57). En 1960, il tient quelques petits rôles à la →Comédie de Genève dans des mises en scène d’→André Talmès et dès 1961, il rejoint le →Centre Dramatique Romand (CDR) où il joue notamment, sous la direction de →Charles Apothéloz, Clarin le valet comique de La vie est un songe de Calderón (1961) et le soldat Pokory dans Le Brave Soldat Chveik de Hasek (1962). Il participe aux créations en français de deux pièces de →Friedrich Dürrenmatt, Les Physiciens (11.12.1962) et Hercule et les écuries d’Augias (24.10.1964), et de deux œuvres de →Max Frisch, Andorra (19.3.1963) et La Muraille de Chine (12.4.1967). Au CDR pour →Paul Pasquier, il incarne aussi Fabien dans La Nuit des Rois, le Maître à danser dans Le Bourgeois gentilhomme de Molière (1963) et Mingrelet dans Les Joyeuses Commères de Windsor de Shakespeare (1964). →William Jacques lui fait tenir les rôles comiques de Thomas Diafoirus dans Le Malade imaginaire de Molière (1964) et celui de Giacomo dans Les Hussards de Bréal (1965). Il joue pour →André Steiger dans L’Impresario de Smyrne de Goldoni à la Maison de quartier de la Jonction (1974), puis il interprète pour lui au →Centre Dramatique de Lausanne (CDL) le valet La Flèche dans L’Avare de Molière (1978), le pharmacien Cordenbois dans La Cagnotte de Labiche (1981) et, entre autres, Hitler dans Schweyk dans la Seconde Guerre mondiale de →Bertolt Brecht (1982). Au CDL, il est aussi le Roi Ignace dans Yvonne Princesse de Bourgogne de Gombrowicz que met en scène →Martine Paschoud (1976), le Bourgmestre dans Peer Gynt d’Ibsen réalisé par →Michel Grobéty (1980) et tient plusieurs rôles dont Cornélius, Ralf et l’Empereur dans Faust de Marlowe mis en scène par Stuart Seide (1982). Au →Nouveau Théâtre de Poche (NTP) et au CDL, il crée le rôle de l’ambassadeur Dapper dans Les Ambassadeurs d’→Adolf Muschg que réalise Niko Kerkenrath (26.9.1978). Il joue ensuite dans les premières réalisations narratives de →Michel Voïta, A.D.N. à Yverdon-les-Bains (1983) et Lenz de Büchner au Foyer de la Comédie de Genève (1984), puis il tient le rôle de Gustave dans Les Créanciers de Strindberg au NTP (1984). Au →Théâtre Kléber-Méleau, Renens VD pour Philippe Mentha, il interprète Egerton dans Elisabeth, manque de pot: une femme de Dario Fo (27.2.1987), le propriétaire Kostas dans Ploutos d’Aristophane (1990), le Vétérinaire et le Pasteur dans Maître Puntila et son valet Matti de Brecht (1990) et le pope Alexis dans Capitaine Karagheuz de →Louis Gaulis (1997), rôle qu’il avait déjà tenu en tournée avec le Théâtre de Carouge en 1967. Au →Théâtre Am Stram Gram, il incarne pour le jeune public le Président-tricheur de Prosper tu triches d’→Alain Lecoultre (1974) et Olbe le vieux loup dans Mademoiselle Rouge de Michel Garneau (1.11.1989), deux réalisations de →Dominique Catton. Pour →Philippe Morand, il est Bartholoméus dans Kikerikiste de Paul Marr (1988), le Poète dans Le Roi nu d’après Evguéni Schwarz (1988, 1992) et tient plusieurs rôles dans Pinocchio de Philippe Morand d’après Collodi (1991). Au →Petit Théâtre de Lausanne, il joue le Grand-père dans Heidi d’après Johanna Spyri que présente →Gérard Demierre (2000). Après avoir assisté notamment William Jacques (1964-65), il réalise au CDL sa première mise en scène pour Notre­ petite ville de Thornton Wilder (1967), suivie de Sur l’Alpe de →Hansjörg Schneider (1977), puis au NTP de L’Éventail du Dey d’Alger de →Bernard Bengloan (19.12.1979). Il enseigne l’interprétation, le masque et l’expression corporelle à la →SPAD (1974-99), dont il assume aussi les responsabilités de doyen (1995-99).



Autrice: Rita Freda



Source:

Freda, Rita: Gilbert Divorne, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 474–478.