Grock

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  10.1.1880 Loveresse BE, † 14.07.1959 Oneglia (I). De son vrai nom Charles-Adrien Wettach. I ∞ 1914 Louise Bullot (1875-1918); II ∞ 1923 Inès Ospiri.

Fort de premiers exploits de funambule et de danseur contorsionniste réalisés à l’âge de 14 ans au Marché-Neuf et au Restaurant Paradiesli que tient son père à Bienne, le jeune Wettach quitte la Suisse à 17 ans, pour la Hongrie d’abord. Il débute sous le nom de G. le 1er octobre 1903, à Nîmes, dans un duo d’excentriques musicaux avec Brick, numéro qui passe un an plus tard à Paris, au ­Cirque Médrano. De septembre 1907 à 1913, il fait l’Auguste pour le clown blanc Antonet, au cirque (à Marseille, en Espagne, au Médrano à Paris) et au music-hall (Wintergarten de Berlin, Palace de Londres), puis dès 1913 prend l’ascendant et présente les numéros de Grock & Partner avec une douzaine de faire-valoir successifs (Géo Lolé, Max van Embden, Alfred Schatz). Le London Coliseum établit sa légende (1915-24) et, dès lors reconnu comme vedette internationale du rire, son nom remplit les grands music-halls du monde. Avec un numéro de plus d’une heure, extraordinairement travaillé, aux difficultés techniques étonnantes, il provoque l’hilarité puis bouleverse d’émotion, anoblissant l’art clownesque au gré de subtilités mimiques ou acrobatiques, de jongleries, manipulations et pirouettes. Le charme et la sensibilité de sa fantaisie clownesque se déploient autour d’enchaînements musicaux joués successivement sur une quinzaine d’instruments: petit violon, piano, sax soprano et concertina anglais notamment. Compositeur, il a enregistré ou édité plusieurs centaines de titres de chansons et de mélodies. Pour le cinéma, sous la direction de Jean Kemm, il tourne à Paris en 1926 Son premier film, mélodrame muet plaqué sur quelques épisodes de sa vie; en 1931, il immortalise son numéro dans un film réalisé à Berlin par Carl Boese, film qui a pour titre son seul pseudonyme, qu’il produit et qui le ruine pour plusieurs années. Il joue encore son propre rôle dans Au revoir Monsieur G., biographie romancée réalisée par Pierre Billon en 1949. Il lance le Circus G. en 1951, chapiteau de Variétés itinérant de 4’200 places qui fait à nouveau sa fortune en Europe; il met un terme à sa carrière à Hambourg, âgé de 74 ans (30.10.1954) et meurt d’un arrêt cardiaque cinq ans plus tard. Il a donné plusieurs autobiographies: G. raconté par G. (1931) ouvrage réédité, augmenté, avec bibliographie (1980), Sans blague, ma carrière de clown (1948) et Ma vie de clown, sans blâ-â-âgue! (1957). Il est décoré de la croix de Chevalier du mérite artistique et musical (25.5.1948), le roi George V le nomme artiste royal de la cour d’Angleterre (1916), et il figure au Clown hall of fame de Delavan dès 1992.

Bibliographie

  • Laurent Diercksen, Grock, un destin hors norme, 1999, avec bibliographie.


Auteur: Laurent Diercksen



Source:

Diercksen, Laurent: Grock, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 753–754, voir figure p. 754.