Guy Tréjan

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  18.9.1921 Paris (F), †  25.1.2001 Paris (F). De son vrai nom Guy Treichler.

Neveu de →Flore Revalles, danseuse. De père Suisse et de mère Française, T. grandit à Genève et se rend à Paris dès 1938. Il y suit le cours donné par un ancien comédien de l’Odéon, Paupélix, au Théâtre Michel, et débute au cinéma et au théâtre dès 1941 sous le premier pseudonyme de Guy Duléman. Il entre comme élève au Théâtre de la Cité, chez Charles Dullin (1941-43). Arrivé en Suisse le 28 mai 1944, il compose avec →Éléonore Hirt le jeune couple de Jean et Lia dans Sodome et Gomorrhe de Giraudoux, dirigé au →Grand Théâtre de Genève par →Jean Hort (1944). Engagé à la →Comédie de Genève, T. y joue sous la direction de →Maurice Jacquelin, notamment Garcin dans Huis clos de Sartre, puis Néron dans La Comédie du bonheur de Nikolaï Evreinov (1945) et enchaîne jusqu’en 1952 des rôles importants de jeune premier. Il interprète ainsi notamment le sergent Paul Berger dans La Caverne des grands voleurs d’→Alfred Gehri (6.12.1945) et Don Quichotte dans la pièce de →Rodo Mahert Dans l’jardin de mon père (16.12.1948). Il tient aussi le rôle de Valère dans Tartuffe de Molière (1946, 1951). De retour à Paris en 1952, il est pendant plus de vingt ans une tête d’affiche des théâtres privés parisiens les plus importants. Il est notamment au Théâtre du Vieux-Colombier dans Cocktail Party de T. S. Eliot (1954), au Studio des Champs-Élysées dans La Fleur à la bouche de Pirandello (1955) et il incarne Sam Quarante au Théâtre des Ambassadeurs dans Photo Finish écrit et mis en scène par Peter Ustinov (1965). Il joue plusieurs fois avec Edwige Feuillère, notamment au Théâtre Sarah Bernhardt, dans L’Aigle à deux têtes de et par Jean Cocteau (1960), puis en duo dans Le Bateau pour Lipaïa d’Arbouzov, créé en français par Yves Bureau à la Comédie des Champs-Élysées où, sous les traits de Rodion, il campe le directeur usé et aigri d’un sanatorium qui retrouve goût à la vie grâce à une pimpante quinquagénaire (21.9.1977). Il paraît aussi dans de nombreux téléfilms, dont Le Dossier Chelsea Street de →Walter Weideli réalisé par Marcel Bluwal (1962), dans l’adaptation télévisée de Tous ceux qui tombent de Beckett réalisée par Michel Mitrani, où il forme avec Alice Sapritch le couple Rooney (1963) et dans Siegfried de Giraudoux réalisé par Marcel Cravenne, où il tient le rôle-titre. En 1973, au Théâtre National Populaire à Villeurbanne, son interprétation d’Orgon dans Tartuffe de Molière, amoureux discret du faux dévot, joué par le metteur en scène Roger Planchon, constitue un événement qui lui ouvre les portes du théâtre institutionnel. Il retrouve Planchon à Villeurbanne pour la création en français de No man’s land d’Harold Pinter (mai 1979), et joue aussi pour Bernard Sobel le puissant Lambert de Besme dans La Ville de Claudel au Théâtre Nanterre Amandiers (1986). Pour Jorge Lavelli, il crée en français le rôle du professeur Robert Schuster dans Heldenplatz (Place des Héros) de Thomas Bernhard au Théâtre national de la Colline, à Paris, ce qui lui vaut de recevoir le Molière du meilleur comédien 1991. Promu Chevalier de la légion d’honneur (4 mai 1987), il évoque ses souvenirs de théâtre dans Ma Vie est mon plus beau rôle (Paris, 1993).



Autrice: Françoise Dubor



Source:

Dubor, Françoise: Guy Tréjan, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1963–1964.

Normdaten