Harriett Kraatz

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  8.2.1945 Genève. Née Turner. Joue aussi sous le nom de Harriett Ariel. ∞ IIo →Hervé Loichemol, IIIo →Philippe Lüscher. Mère de Benjamin K., comédien.

Formée dès 1960, chez →François Simon au →Théâtre de Carouge, puis chez →Jean Bard, à Genève, K. fréquente ensuite la Royal Academy of Dramatic Art à Londres. Elle interprète d’abord des rôles de jeunes filles de bonne famille comme Émilie dans Notre petite ville de Thornton Wilder réalisé par →Gilbert Divorne au →Centre Dramatique Romand (1966), ou la belle Aline dans Tango de Mrożek que met en scène →Philippe Mentha au Théâtre de Carouge (1968) ou encore Elle, la belle-fille de Second service de Mrożek créé en français au →Nouveau Théâtre de Poche (NTP) par →William Jacques (22.1.1970). Elle incarne les jeunes premières sensuelles et amoureuses comme Sophia, la fiancée du Roi Louis de Marina Pankowski monté par →Richard Vachoux à la →Comédie de Genève (1973) ou Catherine dans Les Quatre Saisons d’Arnold Wesker au →Centre Dramatique de Lausanne (CDL) dans une réalisation de →Charles Apothéloz (1974). Elle joue à de nombreuses reprises pour →André Steiger, et en particulier Marianne dans Un Tartuffe de Molière à la cour de l’Hôtel de Ville de Genève, puis à la Comédie (1971), l’entraîneuse Mary Bodysales dans Pour un dollar d’opéra de →Bernard Bengloan au CDL (21.10.1975), puis Honey dans Qui a peur de Virginia Woolf d’Edward Albee au NTP (1978). Elle tient ensuite des rôles de premier plan comme Laura dans La Ménagerie de verre de Tennessee Williams que met en scène →André Faure au NTP (1978), Léonide, princesse de Sparte, dans Le Triomphe de l’amour de Marivaux réalisé par Vachoux à la Comédie (1979) ou encore Hermia dans Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare monté par →Martine Paschoud au Théâtre de Carouge (1979). Dans ce même théâtre, pour →Hervé Loichemol, elle tient les premiers rôles féminins comme Olga dans Les Trois Sœurs de Tchekhov (1977), Donata Genzi dans Se trouver de Pirandello (1980), ou encore au Théâtre Pitoëff, Ophélie dans Hamlet-machine de Heiner Müller (1981) et à la Comédie, elle est Julie dans La Mort de Danton de Büchner (1982). Elle évolue plus tard vers des rôles d’autorité, notamment la princesse Éléonore dans Torquato Tasso de Goethe monté par Steiger au NTP (1985), Eva Braun et Clara Petacci dans Conférence au sommet de Robert David McDonald réalisée par Jean Mars, au →Caveau (1988), ou la reine Isabelle dans Christophe Colomb, de et par →Jean Chollet au →Théâtre du Jorat à Mézières (1992). Au NTP, elle participe à la création chorale de Grandes espérances de Kathy Acker que met en scène →Michel Voïta (14.11.1990). Au cinéma, elle joue la fille dans James ou pas de Michel Soutter (1968) et Valérie dans Prolongation de Jean-François Amiguet (1973).



Autrice: Mouna Chercher



Source:

Chercher, Mouna: Harriett Kraatz, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1025–1026, voir figure 1026.