Heidi Kipfer

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  12.2.1954 Lausanne VD. ∞ Bruno Zecca, comédien.

K. suit les cours de →Michel Cassagne au Conservatoire populaire de Genève (1978-80). Avec →Philippe Macasdar, elle fonde le Théâtre des années qui réalise en 1979 à la →Salle Patiño Une tortue nommée Dostoïevski d’Arrabal et Comment Monsieur Mockinpott fut libéré de ses tourments de Peter Weiss. Elle se forme ensuite auprès de Jolanda Rodio au Totales Theater à Lützelflüh (1980-81). Elle participe à divers stages donnés au →Centre Dramatique de Lausanne (CDL) par →André Steiger et, sous sa direction, elle y joue notamment Kati, la bonne, dans Schweyk dans la Deuxième Guerre mondiale de →Bertolt Brecht (1982), la servante Louise dans La Cruche cassée de Kleist (1983), le héraut Talthibios dans Les Troyennes d’Euripide (1986). Elle participe par la suite à deux spectacles musicaux et chorégraphiques réalisés par →Michel Corod: Les Salons de la reine Woodoo de →Bernard Bengloan au CDL (28.2.1984) et Tom Paine de Paul Forster au →Théâtre Municipal de Lausanne (1986). Après avoir joué l’amie entremetteuse Monique Combès dans Vera Baxter de Duras au CDL pour →Martine Paschoud (1983), elle est au →Nouveau Théâtre de Poche (NTP) la frêle Putain dans La Ronde de Schnitzler (1984-86) et l’attentive confidente Marpessa dans Cassandre de Christa Wolf (6.5.1987). À la Maison de la culture de Mons et au NTP, elle crée le rôle d’Hélène Deutsch, la psychanalyste tourmentée dans Tausk de Michèle Fabien présentée par Marc Liebens (22.9.1987). Dès 1987 au →Théâtre Am Stram Gram, elle interprète entre autres la Duchesse dans Le Roi nu d’Evguéni Schwartz adapté par →Bernard Bengloan et monté par →Philippe Morand (1989-92) et le Chat dans Pinocchio d’après Collodi (1987); elle participe au chœur d’On ne badine pas avec l’amour de Musset (1995) et chante dans le montage de textes Soyez poli Monsieur Prévert d’après Jacques Prévert (1999), trois réalisations de →Dominique Catton. Elle joue ensuite des personnages étiques et féroces comme la Reine Bouche d’Or dans La Maladie d’être mouche d’Anne-Lou Steininger créée par Morand au NTP (4.3.1998), l’aride cuisinière Ursule Rancif Dans le petit manoir de Witkiewicz que met en scène →Nicolas Rossier au →Théâtre Vidy-Lausanne (1996) ou Mme Berkmann dans Dehors devant la porte de Wolfgang Borchert monté par →Benjamin Knobil à la →Grange de Dorigny (2000). Depuis 1989, elle anime avec Marie Perny le →Théâtre Musical, compagnie indépendante qui réalise plusieurs créations originales entrelaçant textes et musiques, notamment Histoires d’hommes au →Théâtre Onze à Lausanne en collaboration avec →Jacques Maeder (1989), Les Oiseaux de passage à La Frat’ à Lausanne réalisé par →Armand Deladoey (1993), puis sous la conduite d’→Anne-Marie Delbart Le Pain de la veille au →Festival de la Cité (1997-2000), Perdants magnifiques au NTP (1999-2000) et Les Dimanches de la vie au Théâtre Vidy-Lausanne (2001).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Heidi Kipfer, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 992–993.