Hugues Cuenod

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 26.6.1902 Vevey VD.

C. étudie la musique à Vevey puis obtient le diplôme de chant du Conservatoire de Bâle où il est l’élève de Willy Rehberg pour le piano et de Colette Wyss pour le chant. À Vienne ensuite, il se perfectionne avec Minna Singer-Burian. En 1927, il s’installe à Paris et participe notamment à l’exécution de plusieurs œuvres contemporaines (Schmitt, Ibert, Weill). En 1929, il est engagé par le compositeur Noël Coward pour la création de sa comédie musicale Bitter sweet à Londres, suivie par une tournée aux États-Unis. Il revient en Suisse en 1932 et fonde avec la chanteuse Jane Lequien le duo Bob et Bobette qui se produit avec succès dans des cabarets en Suisse, en France et en Belgique. Il fait partie de la compagnie Les Menestrels avec laquelle il donne des représentations d’opérettes à Genève (1932-34). En 1934, il est engagé par →Ernest Ansermet pour chanter dans Noces d’Igor Strawinsky, début d’une collaboration extrêmement fructueuse avec le grand chef d’orchestre dont il devient un des interprètes de prédilection. Cette même année, il rencontre Nadia Boulanger qui l’engage dans son groupe de musique ancienne avec lequel il effectue de nombreuses tournées en Europe et aux États-Unis. Il devient un pionnier de la redécouverte de musiciens tels que Monteverdi, Schütz ou Charpentier alors presque inconnus. Durant la Seconde Guerre mondiale, il chante fréquemment pour les radios de Genève et de Lausanne et donne de nombreux concerts dans toute la Suisse, interprétant volontiers les œuvres de compositeurs du pays. Par ailleurs, il est nommé en 1942 au Conservatoire de Genève professeur de chant, poste qu’il occupe jusqu’en 1952. Dès la fin des hostilités, il recommence une carrière internationale, chante dans des festivals tels qu’Aix-en-Provence ou Glyndebourne et se produit notamment à la Scala de Milan, au Covent Garden de Londres et au Metropolitan Opera de New York où il fait ses débuts à l’âge de 85 ans. Il est aussi jusqu’en 1995 l’hôte régulier du →Grand Théâtre de Genève, Genève GE. Son extraordinaire sens musical, sa présence scénique et l’intelligence de ses interprétations font de lui un musicien capable de trouver le sens et la couleur de toute œuvre qu’il aborde, comme peut en témoigner son abondante discographie. Par ailleurs excellent pédagogue, il donne dans le monde entier des masterclass, souvent consacrées à l’interprétation du lied et de la mélodie française, domaines dans lesquels il excelle. Il est nommé citoyen d’honneur de la ville de Boston (1972) et reçoit le titre de Commandeur des arts et lettres de la part du gouvernement français (1976). Un portrait filmé lui est consacré: H. C., chanteur (Plans-fixes no 1026, 1984).

Bibliographie

  • Jérôme Spycket, Un diable de musicien: H. C., Lausanne, 1979.
  • C., d’une voix légère: entretiens avec François Hudry, Lausanne, 1996.


Auteur: Jacques Tchamkerten



Source:

Tchamkerten, Jacques: Hugues Cuenod, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 419–420.

Normdaten