Jack Rollan

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  3.3.1916 Lausanne VD. De son vrai nom Louis Plon.

Issu d’une famille de musiciens, R. débute en 1930 au Cercle théâtral et littéraire de Lausanne. En 1942, il joue dans Plume au vent de Jean Nohain sous la directon d’→Alfred Penay au →Casino-Théâtre de Genève puis, remarqué par Ruy Blag, il travaille à Radio-Genève, composant nombre de chansons satiriques. Pour Radio-Lausanne de 1943 à 1952, il imagine les duos de Jane et Jack, qu’il joue avec →Jane Savigny et publie quelques-uns de ces sketches dans Jane et Jack, dialogues éternels (1956). À Radio-Lausanne, il tient aussi une chronique pamphlétaire, Le Bonjour de J. R., qu’il poursuit dans son journal satirique hebdomadaire Le Bon Jour de J. R. En 1948/49 sous la nouvelle enseigne du Courant d’air, il reprend le caveau du Coup de soleil, tenu par Édith et →Gilles. Il adapte son Petit maltraité d’histoire suisse (1950) pour la scène sous le titre Y’en a point comme nous, fresque réalisée par →Charles Apothéloz et jouée par huitante personnes sous chapiteau, à Lausanne (3.5.1958) et en tournée suisse. En 1964, il compose Si l’Expo m’était contée, cantate satirique dirigée par →Jean-Marie Auberson et André Charlet. Il rédige et présente un Cours d’initiation sexuelle au Théâtre de la Cour Saint-Pierre à Genève (1965). En 1978/79, il tourne Dites 33, récital qui donne lieu à une émission télévisée. Il écrit encore pour le théâtre en 1992, On ne badine pas avec la mort. Dès 1963, il est chroniqueur pour divers journaux. Aux éditions La Thune du Guay, il publie des textes humoristiques d’auteurs comme Guitry ou Pauline Carton. Une émission Destin de la Télévision Suisse Romande lui a été consacrée (1995), ainsi qu’un portrait filmé: J. R., chansonnier, chroniqueur (Plans-fixes n° 1160, 1998).



Autrice: Mouna Chercher



Source:

Chercher, Mouna: Jack Rollan, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1517.