Jacqueline Jany

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 24.5.1925 Maretz (F), † 7.11.1992 Vallorbe VD. Née J. Lesage. ∞ 1948 Pierre Giovannoni, avocat.

Adolescente, J. se réfugie avec sa famille en mai 1940 à Paris et s’y installe. À l’issue de la guerre, elle suit les cours donnés par Julien Bertheau de la Comédie-Française, tout en poursuivant des études de droit jusqu’à la licence et au certificat d’aptitude à la profession d’avocat. Elle s’établit ensuite dans le canton de Bâle au milieu des années cinquante, et joue avec la Scène romande de Bâle (1957-59), avec la Compagnie L’Avant-Scène (1958-61, 1968-72). Elle se rend aussi à Mulhouse pour jouer au Théâtre municipal la Mère supérieure dans Les Mousquetaires au couvent, opéra comique de Louis Varney que met en scène et décore Yves Bonnat (1965) et au Théâtre de Poche où elle est ainsi la Paysanne dans Le Comportement des Époux Bredburry de François Billetdoux réalisé par Paulette Schlegel (1965/66). Elle met en valeur sa voix profonde de tragédienne en travaillant deux monologues de Cocteau, Le Bel Indifférent qu’elle reprend avec Le Kaléidoscope au théâtre →Fauteuil de Bâle (1967), et La Voix humaine, spectacle qu’elle présente aussi à Genève (1961), à La Chaux-de-Fonds (1966), et à Lausanne: aux →Faux-Nez (1963), au Vide-Poche (1976), au Guet (1981). Au Théâtre du Vide-Poche à Lausanne, elle crée surtout Nadine, le personnage unique de Chômage de →Michel Viala (6.4.1976), et elle joue avec André Fiaux La Remplaçante du même auteur (1977). Joyeuse, tonique, elle est par ailleurs surtout distribuée dans les comédies. À partir des années septante, elle travaille principalement en Suisse romande et se fixe vers 1975 à Lutry. Avec les →Artistes Associés de Lausanne, elle est Claudine dans George Dandin et la femme de Sganarelle dans Sganarelle, deux pièces de Molière que met en scène →Paul Pasquier (1972), Mme Van Dann dans Le Journal d’Anne Frank monté par →Jean Bruno (1973) ou encore la Gouvernante Rosaria dans L’Homme, la bête et la vertu de Pirandello réalisé par Jean Mars (1983), ayant déjà tenu le rôle avec le Théâtre de la Trappe mené par →Gil Pidoux (1977). Au →Théâtre Les Trois Coups sous la direction de Domingos Semedo, elle incarne la Reine dans Le Roi se meurt de Ionesco (1979), Marie dans Loin d’Hagondange de Jean-Paul Wenzel (1980), Esther dans Le Prix d’Arthur Miller (1980-81), Meg dans L’Anniversaire de Pinter (1981), Molly dans Le 1er d’Horowitz (1982), Mme Séverin dans Naïves hirondelles de Dubillard (1983). Pour le →Centre Dramatique de Lausanne, au →Théâtre de Vidy puis en tournée, elle interprète Valérie, la mère de Petra dans Les Larmes amères de Petra von Kant de Fassbinder que met en scène Dominique Quéhec (1980). Elle crée aussi le personnage de la servante Hildegarde Einstein dans La Véritable Histoire de Guillaume Tell de →Michel Bühler réalisée par →Gérard Bétant avec le →Théâtre Tel Quel à l’→Octogone de Pully (18.3.1989) et la Voisine dans La Femme et le Pantin opéra en deux actes d’Henri-Louis Matter d’après Pierre Louÿs, monté à l’→Opéra de Lausanne sous la direction musicale de →Jean-François Monod, dans une mise en scène de →Renée Auphan (17.3.1991). Elle est présidente du groupe de Lausanne du Syndicat suisse romand du spectacle (1977-78). Tout au long des années soixante et septante, elle enseigne la diction à l’École normale de Delémont, où elle a entre autres pour élève →Gérard Demierre. Elle écrit des nouvelles et des pièces de théâtre sous le pseudonyme de Dominique Muller, et enregistre de nombreuses dramatiques radiophoniques de la Radio Suisse Romande. Dès 1985, elle succède à →Géo H. Blanc comme critique dramatique de La Nouvelle Revue de Lausanne. Elle reçoit les Palmes académiques en 1962 et l’insigne d’officier d’académie en 1973 à Bâle.



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Jacqueline Jany, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 916–917, voir figure p. 916.