Jacques Bron

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  18.2.1927 Orbe VD.

Sa première pièce est La Farce des perdrix (1946), un acte en alexandrins qu’il rédige à l’École normale de Lausanne, où il est l’élève d’Edmond Pidoux. Suivent plus d’une centaine de pièces, dont les deux tiers radiodiffusées, et une trentaine réalisées sur scène, principalement par des compagnies d’amateurs. Il écrit de nombreuses saynètes illustrant l’histoire sainte et de grandes pièces religieuses comme La Maison sur le roc, créée à Crêt-Bérard (21.5.1950). Suite à divers concours d’écriture où il est primé, plusieurs de ses pièces sont publiées dans Le Mois théâtral, pièces policières comme Tournant dangereux (no  237, 9.1954) ou de boulevard comme Loulou, à la recherche d’un prix littéraire sur fond de commerce de bananes (no  257, 5.1956). Parmi ses réalisations radiophoniques, on relève qu’il succède à Georges Hoffmann, en alternance avec →Isabelle Villars, pour donner suite de 1963 à 1965 aux aventures de Roland Durtal, dans la série Énigmes et Aventures; il en publie quelques-unes sous le titre Trois enquêtes de Picoche (Lausanne, RomPol, 1998). Outre quelques farces médiévales, il fait imprimer plusieurs satires dans la revue Entre cour et Jardin (1971-75), des dizaines de textes de chœurs et de chansons, un acte Le Dernier Juge dans L’Avant-scène no  428 (Paris, 1969), un recueil de trois drames contemporains, Théâtre (Pully, Chantajour, 1988), et des choix de nouvelles dont Les Petits Bonheurs (Yens, Cabédita, 1995) et On ne sait jamais (Sierre, Monographic, 1998).



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Jacques Bron, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 274–275.