Jacques Gardel

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  1.8.1940 Lausanne VD.

G. suit dès 1959 à Lausanne les cours de →Paul Pasquier, puis entre à →l’ÉRAD (1960-62). Il figure durant cette période au →Théâtre Municipal de Lausanne dans quelques spectacles de →Charles Apothéloz et joue le vendeur de journaux de Sainte Jeanne des abattoirs de →Bertolt Brecht que crée en français →Benno Besson (8.5.1962). Il entame surtout dès lors une formation auprès d’→Éliane Guyon à l’Atelier de recherches scéniques de Lausanne. Dès 1965, pour le →Centre Dramatique Romand (CDR), il joue notamment sous la direction d’→Alain Knapp, le fils José, dans Les Fusils de la mère Carrar de Brecht aux →Faux-Nez (1966) et le valet Frontin dans Turcaret de Lesage (1967). Dès octobre 1966 sous l’égide du CDR, Apothéloz lui confie, ainsi qu’à Knapp, l’animation d’un atelier de recherches théâtrales sur les nouvelles formes de jeu (1966-67). Avec Jacqueline Morlet, Michel Eggel et quelques autres, il quitte ensuite le CDR, poursuivant sa démarche à la Maison du Peuple et à la grande salle de Crissier (1967-68); il aménage avec eux un local qui prend le nom de →Théatre Onze (1969). Il suit un stage du Théâtre Laboratoire donné par Jerzy Grotowski (1968), qui oriente alors durablement son travail. Avec le Théâtre Onze, il réalise sous forme de créations collectives expérimentales sept spectacles dont Prométhée (1971), Imagerie ou le Rêve d’Hamlet (1972), L’Anniversaire de Sylvie (1976), Le Voyage sans retour (1977). Il y présente aussi deux réalisations plus personnelles, Échomort d’après Caspar Hauser de Jakob Wassermann (1978), puis Mantic Uttaïr ou le Langage des oiseaux d’après Farid Uddin Attar (1980). En 1981, il fonde avec →Miguel Quebatte l’→ATT (Atelier de travail théâtral), espace de formation, et présente un spectacle de rue inspiré de l’histoire de la ville de Lausanne pendant la peste Lousonna 1481. Avec la première volée de l’ATT, il réalise Le Voyage en Orient d’après Farid Uddin Attar (1985). Dès 1984, il organise le Festival international de théâtre contemporain de Lausanne qui connaît quatre éditions (1984, 1989, 1992, 1994). Il met en scène Les Bacchantes d’après Euripide, au parc Mon Repos, et en 1988 L’Épopée de Gilgamesh à la →Grange de Dorigny, puis Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, dans ce qui devient quelques mois plus tard le Centre d’Art Scénique Contemporain, appelé bientôt l’→Arsenic, lieu dont il assure la direction (1989-96). Durant cette période, il réalise une mise en scène par année, poursuivant dans le répertoire shakespearien avec Hamlet le Fou (1991), puis Les Géants de la montagne de Pirandello (1992) et des montages de textes comme Les Clochards célestes (1993) et Les Larmes d’Éros (1995). Il crée aussi Les Chauves-souris de →Jean-Daniel Coudray au →Théâtre de Valère à Sion (27.3.1992). En 1997, avec Marco Danesi, il fonde l’ATT2 et s’installe dans une ancienne manufacture textile à La Sarraz appelée La Filature (1997-2000). Il y présente entre autres Dr Faustus de Marlowe (1997), La Conférence des oiseaux de Farid Uddin Attar (1998). Il réalise ensuite Le Retour de la maison des morts, montage de textes, au →Festival de la Cité de Lausanne (2000) et Moi, Feuerbach de Tankred Dorst au →Théâtre de Vevey (2001).



Auteur: Georges Brasey



Source:

Brasey, Georges: Jacques Gardel, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 679.

Normdaten