Jacques Maitre

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  28.10.1956 Genève.

Avant d’obtenir le diplôme de →l’ÉSAD (1984), M. joue déjà au →Théâtre de Carouge-Atelier de Genève le fils Bernard dans Mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller que réalise Marcel Bluwal (1982). Il y tient ensuite plusieurs rôles de jeunes premiers comme Rocco dans Samedi, dimanche et lundi d’Eduardo De Filippo et l’amoureux Éraste dans Le Dépit amoureux de Molière, deux réalisations de →Georges Wod (1986), ou Valentin dans Il ne faut jurer de rien de Musset monté par Michel Duchaussoy (1988) et Damis dans Le Tartuffe de Molière mis en scène par Simon Eine (1989). Au →Théâtre de l’Orangerie, il interprète Ulysse dans La guerre de Troie n’aura pas lieu de Giraudoux que réalise →Philippe Lüscher (1988), puis en 1989 le Philosophe dans Le Neveu de Rameau de Diderot présenté par Éric Imseng, qui lui confie le premier rôle dans Le Para­doxe du comédien de Diderot au →Caveau. Au →Théâtre du Grütli, il incarne Vendice le personnage principal, exalté et meurtrier de La Tragédie du vengeur de Cyril Tourneur que monte →Roberto Salomon (1989). Au →Centre Dramatique de Lausanne, il interprète le Saint dans La Fontaine aux saints de Synge réalisée par →Gisèle Sallin (1989) qui l’engage ensuite dans plusieurs productions, principalement classiques, du ­→Théâtre­ des Osses (1989-98). Il est ainsi Clitandre dans Les Femmes savantes de Molière (1990), Arnolphe dans L’École des femmes (1993), Théramène dans Phèdre de Racine (1993), Monsieur Purgon dans Le Malade imaginaire de Molière (1997) et Pauli dans Frank V. de →Friedrich Dürrenmatt (1998-2000). Il y crée aussi le Maladroit dans Le Grabe d’Isabelle Daccord (19.11.1995). Au →Nouveau Théâtre de Poche, il joue pour →Philippe Morand le rôle de Pozzo dans La Seconde Chute de →Sylviane Dupuis (9.9.1996), puis à la →Comédie de Genève, il tient le rôle de Marco, le frère, dans Le Drame d’→Olivier Chiacchiari mis en scène par →Claude Stratz (12.5.1997). Au →Théâtre Populaire Romand, il incarne Raskolnikov dans Rêves d’après Dostoïevski que monte Eugeniuzs Korin (1997). Sous la direction de →Martine Charlet, il interprète le prisonnier délateur dans Le Baiser de la femme-araignée de Manuel Puig au →[Far - Festival des arts vivants, Nyon VD|Far de Nyon] (1995) puis, plus tard, à l’→Arsenic, il joue l’intrigant Pelle Lind dans L’Arriviste de Stig Dagerman (2000) et l’étrange Bengtsson dans La Sonate des Spectres de Strindberg (2002). Depuis 1986, il signe plusieurs spectacles solo, notamment au Caveau, Deux histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe (1991), Supplément au voyage de Bougainville de Diderot (1991) et Genèse extraits de La Bible (1993) et il réalise au Grütli Horace de Corneille (1994) puis Sylvie d’après Nerval (1995).



Auteur: Serge M. Zuber



Source:

Zuber, Serge M.: Jacques Maitre, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1162–1163, voir figure p. 1163.