Jacques de Torrenté

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  9.4.1953 Sierre VS. ∞ →Catherine Sumi.

Formé à l’→ÉSAD (1974-76), T. réalise alors ses premières mises en scène au →Petithéâtre de Sion, notamment La Demande en mariage de Tchekhov (1976) et Esther ou la Fosse commune de →Fernand Berset (1976). Au →Théâtre de Carouge, il joue pour →François Rochaix plusieurs petits rôles dans La Résistible ascension d’Arturo Ui de →Bertolt Brecht (1976), puis interprète l’usurpateur Antonio dans La Tempête de Shakespeare montée par →Philippe Mentha au →Centre Dramatique de Lausanne (1977). Avec Catherine Sumi, →Daniel Wolf et Michèle Martin, il fonde ensuite le Théâtre Trec (Théâtre recherche et création) (1977-82) dont l’ambition est de travailler collectivement sur les écritures contemporaines. Pour le Trec, il met en scène notamment Concert à la carte de Kroetz (1977), Elle était une fois… de Philippe Sozzani (3.7.1978), La Mante polaire de Rezvani (1979) et Farinet ou la fausse monnaie d’après →Charles Ferdinand Ramuz (1982). À Sion, il fonde avec Catherine Sumi les →Tréteaux de Malacuria, Sion VS (1985-2001) et signe avec elle l’ensemble les réalisations annuelles de cette compagnie estivale, du Farinet de Pascal Thurre d’après Ramuz (1985, 1986 et 1995) à La Contrebasse de Süskind (2001), en passant par Le Président de Viouc d’Aloys Theytaz (1988), L’École des femmes de Molière (1992) ou Mère Courage et ses enfants de Brecht (1994). À Genève sous la direction de →Bernard Meister, il interprète le chômeur Sulpianek dans La Conquête du Pôle Sud de Manfred Karge au →Théâtre Saint-Gervais (1989-91), le Docteur dans Woyzeck de Büchner (1990) et Koulyguine dans Les Trois Sœurs de Tchekhov au →Théâtre du Grütli (1993), où il réalise avec →Michel Rossy L’École des femmes de Molière (1992) et Le Revizor de Gogol (1993). Il présente aussi Moulins à paroles d’Alan Bennett au →Théâtre de Valère à Sion puis au Grütli (1995) et réalise au →Nouveau Théâtre de Poche de Genève Qui a peur de Virginia Woolf d’Albee (1997), "Art" de Yasmina Reza (1999), puis aux →Salons, Le Visiteur d’Éric-Emmanuel Schmitt (2000-01) et au Grütli deux textes d’Éthan Cohen, Destin (2000) et Les Portes du ciel (2002).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Jacques de Torrenté, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1957.