Jane Savigny

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  2.1.1912 Moudon VD, †  19.11.2001 Lausanne VD. ∞ 1940 Pierre Abrezol. Pour l’état civil Jeanne Steck.

À 16 ans, S. entre au Conservatoire de musique de Lausanne dans la classe de chant de Nelly Friedrich, puis au Nouveau Conservatoire de Vienne dans celle de Grete Forst (1930-33). De retour en Suisse, elle participe en mars 1933 à la théâtrale des étudiants de Zofingue au →Théâtre Municipal de Lausanne (TML), où →Jacques Béranger la remarque et la fait entrer dans la troupe pour tenir d’abord de petits rôles. En 1935, elle est engagée pour la saison au Théâtre du Parc à Bru­xelles, puis durant six mois au Casino municipal de Nice. À la fin de 1936, elle entre au Théâtre Fontaine à Paris pour La Chrysalide de Pierre Chaîne, puis au Théâtre Daunou. Elle travaille alors sous le nom de Jeanne Silva, puis de Jany Steck et, dès 1938, adopte son pseudonyme définitif. À la déclaration de guerre, elle rentre en Suisse. Au TML, elle incarne Renée, la jeune fille de Fric-frac d’Édouard Bourdet mis en scène par →Jean Mauclair (1939). En 1942, elle devient l’élève du ténor →Hugues Cuenod et joue désormais aussi bien au théâtre que dans des spectacles lyriques. De 1944 à 1947, elle fait régulièrement partie au →Kursaal de Genève des opérettes et des comédies musicales. Pour →Henri Lauriac, elle participe à Ketty Boxeur de Morier et Gabaroche et à Flossie de Gerbidon (1945); sous la conduite de Jean Montazel, elle y tient notamment le rôle-titre dans Miss Helyett de Boucheron et Audran (1944), celui d’Aspasie dans Phi-Phi de Willemetz et Henri Christiné (1944) et la blanche Aline dans Les Aventures du Roi Pausole d’→Arthur Honegger (1944). Elle retrouve d’ailleurs à nouveau cette œuvre quarante ans plus tard au TML, dans le rôle de la gouvernante. Au →Grand Théâtre de Genève, elle est Clairette La Fille de Madame Angot de Charles Lecocq (1944), puis Siebel dans Faust de Charles Gounod (1945). Très active dans le ­théâtre radiophonique, elle travaille régulièrement à Radio-Lausanne, puis à la Radio Suisse Romande dans des mises en ondes de Marcel Merminod, →Roland Jay, →Pierre Walker, puis →Michel Corod et →Jean Chollet. Elle y tient notamment le rôle de Jane dans Jane et Jack, duo dialogué et chanté de et avec →Jack Rollan qui est diffusé deux dimanches par mois durant dix ans (1943-52). Elle joue à la →Comédie de Genève dans une dizaine de pièces légères (1951-68), incarnant entre autres Patricia dans Bonne nuit, Patricia! d’Aldo de Benedetti que réalise →Maurice Jacquelin (1957). Pour les matinées classiques de la Comédie, elle interprète Arsinoé dans Le Misanthrope monté par →Camille Fournier (1961) et Frosine dans L’Avare, de Molière que présente Charles Gantillon (1963). Dès 1974, elle tient au →Théâtre Les Trois Coups à Lausanne, sous la conduite de Domingos Semedo, des rôles douloureux de mère comme Mary Cavan Tyrone dans Long voyage vers la nuit d’O’Neill (1976) ou Dorothée la mère éplorée de L’Homme et son ombre de Raul Brandao (1978). À la Comédie, elle est Madame Batrilant dans Quoat-Quoat d’Audiberti mis en scène par →Richard Vachoux (1982) et la Duchesse dans La Dame de chez Maxim de Feydeau réalisée par Alain Françon (1990). En 1994, elle interprète Mrs. Higgins dans My Fair Lady d’après G. B. Shaw à l’→Opéra de Lausanne sous la direction musicale de Jean-François Monot, puis elle est la Renaude dans L’Arlésienne de Bizet pour Jean Chollet au →Théâtre du Jorat. Elle incarne encore la Vieille de J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne de Jean-Luc Lagarce que présente →Joël Jouanneau au →Théâtre Vidy-Lausanne (25.2.1997) et monte avec →Jean Bruno Mots d’amour, lettres recueillies par Danielle Volle, au →Théâtre de la Grenette à Vevey (2000). Un portrait filmé lui est consacré: J. S. comédienne (Plans-fixes nº 1122, 1992).



Autrice: Claude-Anne Borgeaud



Source:

Borgeaud, Claude-Anne: Jane Savigny, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1571–1572, voir figure p. 1572.