Janine Michel

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  21.11.1930 Paris (F). ∞ 1968 Gérard Battiaz, comédien.

Résidant à Genève depuis 1937, M. se forme à Paris au cours d’art dramatique de Roger Clairval (1954-55). Elle débute au →Théâtre de Poche de Genève avec le rôle de Cécile dans L’important c’est d’être fidèle d’Oscar Wilde que met en scène →William Jacques (1956), puis joue cette même année au →Théâtre du Petit-Chêne à Lausanne. Elle passe ensuite l’essentiel de l’année 1957 au Poche dans les spectacles réalisés par →Fabienne Faby, tenant principalement les rôles de gamines, ou des jeunes filles toutes simples comme Minouche dans La Plume de Barillet et Grédy. Durant la saison 1958/59, elle travaille principalement à la →Comédie de Genève où elle est Marianne dans L’Avare de Molière et Martine dans Turcaret de Lesage, deux classiques montés par →Édouard Nerval et →André Talmès. Au Poche pour →Marcelle de Kenzac, elle joue Gitta dans Agnès de →Max Frisch (1959) et sous la direction de Fabienne Faby, elle participe à la création scénique de l’œuvre la plus marquante de l’auteur québécois Jacques Languirand, Les Grands Départs (17.2.1960). Dans la salle du Nouveau Théâtre de Poche (NTP), elle participe aussi à la création en français de La Grande Rage de Philippe Hotz de Frisch, dirigée par →Serge Nicoloff (8.5.1962) et, pour →Richard Vachoux, elle tient des rôles de servantes dans Les Chemins de fer de Labiche (1962) et dans La Surprise de l’amour de Marivaux (1963). Pour →André Talmès à la Comédie, elle joue Madame de Canisy dans Madame Sans Gêne de Victorien Sardou (1963). Elle collabore à plusieurs →Revues du →Casino-Théâtre de Genève menées par →Claude Fradel (1964-68), puis à des réalisations engagées du →Théâtre Mobile comme La Ruée vers l’ordre de Georges Michel, créée à la Maison de quartier de la Jonction par →Marcel Robert (10.11.1971), qui la dirige ensuite dans des rôles aussi opposés que Nadine dans Chômage, poignant monologue de →Michel Viala au →Caveau (1976) ou Francisquine dans Les Aventures de Tabarin au Bois de la Bâtie (1976). Ensuite, elle interprète des mères bourgeoises, modernes comme Tante Léontine dans Edmée de Bréal que réalise →Jean Chollet avec les →Artistes Associés de Lausanne (1983), ou classiques comme au →Théâtre de Carouge Dame Claude dans L’Avare de Molière dirigée par Jean-Paul Roussillon (1987/88) ou Madame Jourdain dans Le Bourgeois gentilhomme de Molière que monte →Georges Wod (1981). Au →Théâtre Kléber-Méleau de Renens, elle joue notamment Marthe dans Le Retour au désert de Koltès, sous la direction de →Philippe Mentha (1992). Ces dernières années, elle a surtout tenu de nombreux rôles de femmes âgées pour de jeunes cinéastes comme Vincent Pluss dans L’Heure du loup (1997) et Tout est bien (2000), ainsi que pour Mauro Losa dans La Sentence (1997), et Alexandre Iordachescu dans Les Démolisseurs (2003).



Auteur: Jorge Gajardo Muñoz



Source:

Muñoz, Jorge Gajardo: Janine Michel, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1244–1245.