Jean-Marie Verselle

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 12.1.1945 Flixecourt (F), † 31.12.1998 Lausanne VD.

V. débute avec la Compagnie du Cothurne, dans deux spectacles mis en scène par Marcel Maréchal : il joue Méandre et Califas dans Tamerlan de Marlowe (1966) et Hamlet dans Shakespeare, notre contemporain d’après Jan Kott (29.7.1967). Puis il travaille avec Ariane Mnouchkine, notamment dans La Cuisine de Wesker (1966/67), Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare (1967/68) et Les Clowns (1969). En Suisse, il interprète le Soldat dans l’→Histoire du Soldat de →Charles Ferdinand Ramuz et Strawinsky dirigé par →Jost Meier et mis en scène par Pierre-Jean Valentin, notamment au →Festival de la Cité à Lausanne (1972). Il joue des personnages moqueurs et filous comme un Satyre dans Protée de Claudel (1973) et le palotin Cotice dans Ubu roi de Jarry (1974) que met en scène →Charles Apothéloz au →Centre Dramatique de Lausanne (CDL), ou le paysan Blaise dans L’Île de la raison de Marivaux que réalise →André Steiger, avec le →T’Act, pour la télévision (1976), ou encore le valet Curtis dans La Mégère apprivoisée d’Audiberti sous la direction de Niko Kerkenrath à la →Comédie de Genève (1979). Sa prestance et sa voix chaude lui permettent aussi de tenir des rôles d’hommes forts comme Benedict, le chef des bergers, dans Sur l’Alpe d’→Hansjörg Schneider réalisé par →Gilbert Divorne au CDL (12.4.1977) ou le patricien Lepidus dans Caligula de Camus mis en scène par →Gérard Carrat à la Comédie (1977). Dès 1975, il mène une carrière de chansonnier et d’artiste de cabaret. Il chante et récite ainsi le conte musical François fauteur de fêtes de Pierre-Laurent Ellenberger sur une musique de →Jean-François Bovard à la Salle de spectacle de Chavannes (18.11.1975). Il rend aussi hommage à Aristide Bruant dans Cabaret 1900, accompagné par Albert Urfer (1975/76), à Bernard Dimey à l’→Octogone de Pully (1990), aux Voyous de Montmartre au Café-Théâtre de la Voirie à Pully (1991). Dès 1993 au →Théâtre de Carouge-Atelier de Genève, →Georges Wod lui attribue des rôles de nobles comme Sully dans Henri IV, le Vert Galant (1.3.1994) et le rôle-titre dans Cagliostro, le Comte des ténèbres (28.2.1995), deux pièces de Monique Lachère, ou le gouverneur Leonato dans Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare (1995). Il incarne aussi des figures de bon sens comme Chrysale dans Les Femmes savantes que réalise Georges Wilson à Carouge (1996), le devin Tirésias dans Œdipe roi de Sophocle dirigé par →Yves Burnier à la →Grange de Dorigny (1997) ou Claudio dans Les Caprices de Marianne de Musset que monte →Philippe Mentha au →Théâtre Kléber-Méleau (1998). Il tient aussi des rôles de vieux valets rusés et bons vivants comme Flamand, le valet de Turcaret de Lesage que met en scène →André Steiger à Carouge (1995) ou Trivelin dans La Fausse Suivante de Marivaux réalisée par →Mauro Bellucci au Château de Penthe (1997). Il joue pour la dernière fois à la Grange de Dorigny en créant le rôle du Grand roi Conohor dans La Reine Deirdre de →René Zahnd montée par →Domenico Carli (21.4.1998).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Jean-Marie Verselle, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1999–2000.

Normdaten