Jean-Pierre Malo

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  28.8.1951 Clermont-Ferrand (F). Pseudonyme de Jean-Pierre Pacouret.

À Paris, M. se forme au Centre d’apprentissage d’art dramatique de la rue Blanche (1967-68), puis figure dans deux spectacles de Bernadette Lange (1968). En Suisse, il joue au Centre Dramatique de Lausanne (CDL) dans Un petit nid d’amour de Georges Michel que réalise →Leyla Aubert (1973). En 1974, il est le Marié dans La Noce chez les petits bourgeois de →Bertolt Brecht, avec le théâtre de l’Espérance dirigé par Jean-Pierre Vincent à Paris. →François Rochaix l’engage ensuite comme comédien permanent du →Théâtre de Carouge-Atelier de Genève (1976-78). Sous sa direction, il joue dans La Résistible Ascension d’Arturo Ui, puis dans Mère Courage et ses enfants, de Brecht (1976). Pour →Hervé Loichemol, il tient des rôles importants comme Nikolai Lvovitch Touzenbach dans Les Trois Sœurs de Tchekhov (1977), Sigismond dans La vie est un songe de Calderón (1979) et Ely Nielsen dans Se trouver de Pirandello (1980). Avec →Claude Stratz, il a le rôle-titre dans Woyzeck de Büchner (1978). Au CDL, il travaille sous la direction d’→André Steiger, d’abord dans Au malheur des dames de →Michel Beretti (15.1.1980), puis il joue Alexandre dans La Musique adoucit les mœurs de Tom Stoppard au →Théâtre Municipal de Lausanne (1980), et tient les rôles de Max dans Bent de Martin Sherman (1982) et de Robert dans Trahisons de Pinter (1983), pour →Pierre Bauer. Il interprète aussi Louis Laine dans L’Échange de Claudel mis en scène par →Michel Soutter (1981) et pour →Séverine Bujard, il est Kowalsky dans Un tramway nommé désir de Tennessee Williams (1985). À la →Comédie de Genève, on lui attribue plusieurs premiers rôles de séducteurs malgré eux comme Don Juan dans Don Juan ou l’Amour de la géométrie de →Max Frisch pour Michel Soutter (1982), ou la figure biblique d’Abraham dans Abraham sacrifiant de Théodore de Bèze que dirige Hervé Loichemol (1983). En 1987, il regagne Paris où Robert Hossein lui confie au Palais des sports des rôles tels que Lesurques et Dubosq dans L’Affaire du courrier de Lyon écrit par Hossein et Alain Decaux (1987), ou Hébert dans La Liberté ou la mort au Palais des congrès (1988). Plus tard, de retour au →Théâtre Vidy-Lausanne, Gérard Desarthe le dirige dans Démons de Lars Norén (1995) et dans Partage de midi de Claudel (1998). Au cinéma, il est Paul dans L’Amour des femmes de Michel Soutter (1982), le banquier dans No man’s land d’Alain Tanner (1984). Il joue Alain Miles dans Mort un dimanche de pluie de Joël Santoni (1986), Charly Schneider dans Le Solitaire de Jacques Deray (1987), le ministre dans Gueule d’atmosphère d’Olivier Peray (1993) et Vogel dans Tais-toi de Francis Veber (2003).



Autrice: Françoise Dubor



Source:

Dubor, Françoise: Jean-Pierre Malo, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 1164.