Jean-Quentin Châtelain

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 18.1.1959 Genève. Fils de Jacqueline C., sculpteur. ∞ Nicole Dard, maquilleuse.

Après une année préparatoire, C. fréquente l’→ÉSAD (1978/79), puis entre à l’École supérieure d’art dramatique du Théâtre national de Strasbourg qu’il quitte après deux années (1979-81) pour jouer dans Dibbouk d’Anski mis en scène par Moshe Leiser, à Bruxelles (1981), et dans Woyzeck de Büchner que →Jean-Louis Hourdin présente en tournée en France (1981-82). Installé à Paris dès 1981, il tient notamment, aux côtés d’Antoine Vitez, le rôle d’Adolphe Spencer L. dans Schliemann de et réalisé par Bruno Bayen au Théâtre national de Chaillot (26.5.1982) et, pour André Engel, il est Schwartz dans Lulu au Bataclan de →Frank Wedekind au Théâtre des Amandiers de Nanterre (1983). Travaillant un phrasé singulier, aux limites du chant, appuyé sur une démarche lente et puissante, il se voit confier surtout des personnages hors normes, forts et tourmentés. Il joue dans plusieurs spectacles de →Joël Jouanneau, notamment en 1984 dans La Dédicace de Botho Strauss au Théâtre Gérard-Philippe (TGP) et il crée le rôle du Fils Cresson dans Le Bourrichon de Jouanneau à la Tour d’Aigues (20.6.1989), puis il tient le rôle de Rogojine dans L’Idiot d’après Dostoïevski au →Théâtre Vidy-Lausanne, Lausanne VD (1995) et celui de Coriolan dans La Tragédie de Coriolan adaptée de Shakespeare par Norman Chaurette, au Théâtre de l’Athénée à Paris, et à la →Comédie de Genève, Genève GE (1998/99). Dès 1988, il travaille régulièrement avec Claude Régy, notamment pour Le Criminel de Leslie Kaplan, au Théâtre de la Bastille (1988), et crée le rôle principal de Tom Doheny dans La Terrible voix de Satan de Gregory Motton au TGP (4.10.1994). Il réalise plusieurs spectacles seul en scène et notamment, sous la direction de →Darius Peyamiras, un monologue tiré du récit Mars de Fritz Zorn, qu’il crée au →Centre Dramatique de Lausanne (11.3.1986) où il le reprend en 1991/92, en collaboration avec le Centre culturel suisse de Paris: pour ce rôle, il obtient le prix du meilleur acteur de la saison décerné par la critique théâtrale française (1992). Par ailleurs, il interprète Exécuteur 14 de et sous la direction d’Adel Hakim au TGP (30.5.1991). Il participe à la création du Jardin de la reconnaissance de et par Valère Novarina (25.3.1997). Il donne aussi le monologue de Beckett Premier amour à →La ­Bâtie-­­Festival de Genève et en tournée (1999-2001), obtenant pour la deuxième fois le prix du meilleur acteur de la saison (2001). Il joue plusieurs fois dans la Cour d’honneur du Palais des Papes au Festival d’Avignon, participant notamment à la création en français des Comédies barbares de Ramon del Valle Inclan réalisées par Jorge Lavelli (9.7.1991), tenant le rôle-titre dans la trilogie d’Henry VI de Shakespeare montée à Poitiers puis à Avignon par Stuart Seide (1993) et portant l’étrange normalité du volage Jason dans Médée d’Euripide que met en scène Jacques Lassalle (2000).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Jean-Quentin Châtelain, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 372–373.