Jean-René Clair

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

* 17.2.1944 Lausanne VD. ∞ Antoinette Martin, comédienne. De son vrai nom Glayre.

C. suit à Lausanne l’→ÉRAD (1964-68), jouant en 1967 pour la théâtrale de Belles-Lettres dans Le Désir attrapé par la queue de Picasso réalisé par →Martine Paschoud, et sous son vrai nom de petits rôles au →Centre Dramatique Romand, notamment pour →Charles Apothéloz dans La Muraille de Chine de →Max Frisch (12.4.1967) et La Vie de Galilée de →Bertolt Brecht (1967). En 1968, il rejoint le →Théâtre Populaire Romand où il est notamment le Gendarme Tschu dans Quinze rouleaux d’argent, pièce chinoise réalisée par Gaston Jung (13.2.1969). Avec le →Théâtre de l’Atelier, il participe à Dans la jungle des villes de Brecht que monte →François Rochaix (1969), puis aux créations de →Michel Viala Liguarel (19.12.1969) et Le Bunker où il joue le sergent Morster (24.2.1971) et sous la direction d’→Armen Godel, il a le rôle-titre dans Britannicus de Racine (1972). Au →Théâtre de Carouge-Atelier de Genève, Carouge GE pour Rochaix, il est le paillasse Loupou dans Baal de Brecht (20.6.1972). À Paris et en tournée, il reprend ensuite un second rôle dans La Soupière de et par Robert Lamoureux, puis pour Irène Lambelet, il est dans Khoma d’Henri Michaux à l’Espace Cardin (1973). Il travaille dès lors sous le nom de Clair et, de retour à Carouge, il tient quelques personnages à la prestance cynique, comme le Procureur général dans Sauvages de Christopher Hampton (8.4.1975), De Saint-Putois dans La Chasse aux corbeaux de Labiche (1975) et le recruteur dans Mère Courage de Brecht (1976), trois réalisations de Rochaix. Au →Centre Dramatique de Lausanne (CDL), il est Cyrille, l’ami du Prince dans Yvonne princesse de Bourgogne de Witkiewicz présentée par Martine Paschoud (1976), puis Alonso Roi de Naples dans La Tempête de Shakespeare mise en scène par →Philippe Mentha (1977). À la →Comédie de Genève, Genève GE, →André Steiger lui confie le rôle de Don Carlos dans Dom Juan de Molière (1977), personnage qu’il reprend pour →Séverine Bujard au Théâtre de Carouge-Atelier de Genève (1984), où il joue alors régulièrement sous la direction de →Georges Wod. Il y tient d’abord des rôles de bretteur comme le maître d’armes dans Le Bourgeois gentilhomme de Molière (1981) et le comte de Guiche dans Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand (1981). Il y figure ensuite les bons vivants quelque peu inquiétants, comme le Brésilien dans La Vie parisienne d’Offenbach (1982), Soldignac dans Le Dindon de Feydeau (1983), Gros-René dans Le Dépit amoureux de Molière (1986) et Pluton dans Les Grenouilles d’Aristophane (1987). Il a aussi le rôle de Walter dit Saule-pleureur dans L’Opéra de quatre sous de Brecht pour Armen Godel (1982) et celui de Steve Hubbel dans Un tramway nommé désir de Tennessee Williams monté par Séverine Bujard (1986). Pour Jean-Paul Roussillon, il est le valet la Flèche dans L’Avare de Molière (1987). Il travaille aussi avec le →Théâtre Mobile, notamment dans Irma la douce d’Alexandre Breffort réalisé par →Jean-Charles Simon (1986) et pour →Pierre Bauer au CDL, dans Becket ou l’Honneur de Dieu d’Anouilh (1988) et Macbeth de Shakespeare (1989), puis à l’→Octogone de Pully dans Elefant man de Bernard Pomerance (1992). Aux Arènes d’Avenches, il crée le rôle de César dans César et Divico de →Nicole Rouan (1.7.1988), et au Théâtre du Jorat pour →Jean Chollet, il joue dans Aliénor de René Morax (1987), Christophe Colomb (1992) et Zorba (1997) adaptés par Chollet. Il retrouve ensuite Carouge, où il tient une dizaine de rôles, dont le personnage de Wod dirigé par GeorgesWod dans Wod et les avenaires d’Éric Lehmann (28.4.1998); il y joue aussi, entre autres, Achille dans Iphigénie de Racine réalisée par Georges Wilson (1996), Alfieri dans Vu du pont d’Arthur Miller (2000) et le Procureur Bertolier dans La Tête des autres de Marcel Aymé (2001), deux spectacles de →Michel Rossy. Pour →Philippe Mentha, il est le Juge, l’un des notables de Vincent et l’amie des personnalités de Musil au →Théâtre Kléber-Méleau, Renens VD (2003).



Autor: François Marin



Source:

Marin, François: Jean-René Clair, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 387–388.

Normdaten