Jean Jenny

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  27.3.1956 Treyvaux FR. Frère d’→Yves J., comédien, cousin d’→Anne-Marie Yerly, comédienne.

Dès 1989, J. collabore régulièrement avec →Bernard Meister en qualité de régisseur, assistant ou comédien (1989-99). Il joue ainsi au →Théâtre du Grütli de Genève dans Woyzeck de Büchner (1990) et dans Une fête pour Boris de Thomas Bernhard (1999) et au →Théâtre du Jorat dans Guillaume le Fou de →Fernand Chavannes (1993). À l’→Arsenic de Lausanne, il participe à La Conquête de la Toison d’or d’après Apollonios de Rhodes que monte →Dominique Meyer (1989), à Sik-sik et Le Haut-de-forme d’Eduardo De Filippo réalisé par →Gianni Schneider (1991) et à Moscou-Pétouchki de Vénédikt Erofeiev que met en scène →Miguel Quebatte (1993). Pour →Benjamin Knobil, il tient le rôle-titre de Solo le bègue de Max Fullenbaum à la cité des spectacles à Lausanne (1997). Au →Théâtre Vidy-Lausanne, il est assistant à la mise en scène pour Charcuterie fine de et réalisée par Tilly (1994). Au →Théâtre 2.21 à Lausanne, il écrit, joue et met en scène le monologue Une heure d’horloge (juin 2000), puis réalise Paroles arrachées au vent (11.6.2003).



Auteur: François Marin



Source:

Marin, François: Jean Jenny, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 2, p. 926.