Johannès Darcourt

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  28.7.1868 Lyon (F), † 2.5.1906 Lausanne VD. ∞Mme Magné, comédienne jouant les premières soubrettes et grandes coquettes.

Après des études de droit, il tient l’emploi de jeune premier comique faisant ses débuts à Reims, où il reste durant quatre ans, passe deux saisons à Vichy et deux à Nice, puis il entre dans la troupe de comédie du →Théâtre de Lausanne (1898-1900). Engagé dès 1899 comme metteur en scène par →La Muse, il réalise notamment Les Tisserands de Gerhart Hauptmann avec cette compagnie dont six membres le cautionnent lorsqu’il prend la direction du Théâtre de Lausanne (1900-06). Sur la grande scène de la ville, il présente les dernières nouveautés peu après leur création à Paris: il donne le jeudi la haute comédie, les nouveautés et les pièces classiques, réserve le dimanche pour le drame et réalise des vaudevilles nouveaux deux mardis par mois. Malgré les ressources modestes­ du lieu, il innove en offrant des mises en scène somptueuses et originales et déploie une activité extraordinaire qui l’épuise. Il dirige les spectacles préparés par les sociétés d’étudiants de Zofingue et de Belles-Lettres et règle ceux de La Muse pour notamment La Nuit des quatre-temps de →René Morax (1902), auteur dont il réalise La Dîme à Mézières (15.4.1903). Il mène d’ailleurs cette création en même temps que celle de la pièce patriotique et posthume d’Henri Warnery Le Peuple­ vaudois, au Théâtre de Lausanne (14.4.1903). Surmené, il se soigne mal d’une maladie de poitrine qui dégénère et l’emporte pendant sa première saison d’opéra, alors que l’on joue Faust de Gounod. Après des funérailles à Lausanne, son corps est transporté dans le caveau de sa famille au cimetière du Père-Lachaise, à Paris.



Auteur: Joël Aguet



Source:

Aguet, Joël: Johannès Darcourt, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p. 433.