L’Écho de Vernier, Vernier GE

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

Groupe théâtral d’amateurs

L’É. doit son nom à l’ensemble choral fondé dans cette localité genevoise en 1920, dont les membres pratiquent aussi dès cette année-là le théâtre en amateur, jouant La Cigale chez les fourmis, avant de monter en 1921 Le Lac de Mongeron, drame en cinq actes comprenant huit tableaux et quatre danses, sous la conduite du jeune Jo Baeriswyl. En 1935, l’É. adhère à la →FSSTA. Les productions se suivent au rythme d’une par année environ, dont les plus marquantes sont Pays du lac de →Carlo Boller et Maurice Budry (1955) et Judith Couronne, pièce commandée à Daniel Anet, mise en musique par Michel Wiblé et réalisée en 1964, à l’occasion du 150e anniversaire du rattachement de Genève à la Confédération helvétique, comme une réponse patriote au Banquier sans visage de →Walter Weideli. En 1966, →René Habib met en scène le groupe dans La Servante d’Évolène de →René Morax et →Gustave Doret, puis durant presque vingt ans, il monte avec la troupe des textes aussi différents que L’Opéra de quat’sous de →Bertolt Brecht et Kurt Weill (1970), Aliénor de Morax et Doret (1975) et Le Malade imaginaire de Molière (1990). On remarque aussi la création de L’Homme qui allait à Götterwald de David Scheinert (1972). Après Habib, l’É. continue de collaborer avec des metteurs en scène professionnels, parmi lesquels Christine Milhaud, →Philippe Lüscher et Didier Carrier.



Auteur: Éric Eigenmann



Source:

Eigenmann, Éric: L’Écho de Vernier, Vernier GE, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 1, p.511.