Magali Schwartz

Aus Theaterlexikon
Wechseln zu: Navigation, Suche

*  5.4.1943 Vevey VD.

Élève de →Juliette Bise au Conservatoire de Fribourg et à celui de Lausanne, S. est lauréate du Concours international d’exécution musicale de Genève en 1972. Elle se perfectionne auprès d’→Hugues Cuenod, Janine Reiss, Huguette Tourangeau, Winifred Radford. Au début de sa carrière, elle chante des parties de mezzo-soprano notamment au →Grand Théâtre de Genève. À son répertoire figurent, entre autres, Chérubin et Dorabella (Les Noces de Figaro et Così fan tutte de Mozart), Didon (Didon et Enée de Purcell), Rosine et Angelina (Le Barbier de Séville et La Cenerentola de Rossini) ou Octavian (Le Chevalier à la rose de Richard Strauss). Elle collabore avec des chefs tels que →Nello Santi, Serge Baudo ou Michel Corboz avec qui elle enregistre plusieurs disques. Sa voix, grande et expressive, lui permet d’aborder des styles très différents. Elle chante aussi des œuvres de Luigi Nono, Luciano Berio, Arnold Schoenberg (Pierrot lunaire), Helmut Lachenmann, Thüring Bräm, Francesco Hoch, et prend part comme interprète ou chef de chant à nombre de créations contemporaines. Elle participe ainsi à la première version scénique du Vin herbé de →Frank Martin par →Michel Soutter (1982). Elle tient pour →François Rochaix le rôle du Coryphée féminin dans Le Viol de Lucrèce de Britten par l’→Opé­ra­ Décentralisé de Neuchâtel (1984/85). En 1986, elle joue Eurydice dans Antigone d’→Arthur Honegger à Lausanne et crée Je deviendrai Médée de Jacques Demierre à Genève. Elle est Ascagne dans Les Troyennes au Festival Berlioz à Lyon (1987). Pour Radio-France, elle crée La Terre des hommes de →Klaus Huber sous la direction de Peter Eötvös (1990). Au →Nouveau Théâtre de Poche de Genève, elle incarne pour →Martine Paschoud la Reine de la Nuit dans L’Ignorant et le Fou de Thomas Bernhard (1990). Elle tient ensuite le rôle-titre de Joséphine la cantatrice, nouvelle de Kafka adaptée à la scène par →Jacques Roman au →Théâtre Vidy-Lausanne (1996). Elle effectue des improvisations pour l’animation musicale du Corps sonore, pavillon représentant la Suisse à l’Exposition universelle de Hanovre (2000).



Auteur: Alain Perroux



Source:

Perroux, Alain: Magali Schwartz, in: Kotte, Andreas (Ed.): Dictionnaire du théâtre en Suisse, Chronos Verlag Zurich 2005, vol. 3, p. 1648.

Normdaten